Change Your Ways

Change tes habitudes ou s’en est fini de nous deux

Je suis Lina, SA, sobre depuis 2010, Mexique.

Je suis née en 1968. Je n’ai arrêté de prendre le biberon qu’à l’âge de 6 ans. Par conséquent, j’étais l’objet de moqueries à la maison. Je me souviens de ma maison en tôle et d’un sol en terre battue ; nous avions peu de ressources et de nombreux besoins financiers. J’étais la dernière d’une fratrie de 8 enfants, en plus d’être une fille atteinte d’une maladie de l’estomac.

Mes parents n’étaient jamais disponibles, toujours absorbés par leurs addictions – l’alcool et la nicotine. La communication n’était pas bonne à la maison ; il y avait de la violence domestique, des brimades, de la violence psychologique et verbale.

À l’école primaire, je me souviens que j’étais une fille bien élevée et que j’avais d’excellentes notes dans toutes les matières, mais que je n’avais pas d’amis. Je ne jouais pratiquement jamais dehors, je passais mon temps à découper, à peindre, à dessiner, à lire des histoires et à étudier. Je ne me sentais pas à l’aise pour discuter avec les autres ; j’étais très réservée.

À l’âge de 9 ans, j’ai commencé à prendre du poids. J’ai également commencé à pratiquer compulsivement le frotteurisme avec les meubles jusqu’à ce que je me blesse. Quand j’ai vu que ma peau était gravement blessée, j’ai prévenu mes proches et on m’a emmenée à l’hôpital. J’ai été soignée, mais à la fin du traitement, j’ai recommencé. J’étais trop jeune pour comprendre ce qui se passait. Mes proches ne comprenaient pas non plus. Ils m’ont peut-être prise pour une enfant précoce et m’ont surveillée attentivement car, dès que je le pouvais, je m’éclipsais pour pratiquer mon frotteurisme.

À l’âge de 15 ans, au lycée, je suivais déjà des régimes pour perdre du poids le plus rapidement possible ; je détestais mon corps, me détestant chaque fois que je me regardais dans le miroir. Je me tournais vers des fantasmes romantiques comme les feuilletons télévisés, l’érotisme, l’espionnage, l’exhibitionnisme et les histoires érotiques.

À présent, je me masturbais de manière compulsive. Au lieu d’aller étudier, j’allais au cinéma où l’on projetait des films sexuellement explicites et je me laissais toucher par les autres et je les touchais aussi. Malheureusement, je n’ai pas terminé mes études secondaires parce que j’ai sombré dans une dépression juvénile très forte, avec des tonnes d’idées suicidaires ; j’avais un désir constant de quitter la maison et de ne jamais revenir.

À l’âge de 17 ans, Dieu m’a guidé pour que je demande de l’aide aux AA. Bien que je ne sois ni alcoolique ni toxicomane, le groupe m’a accepté avec amour et m’a appris comment fonctionnait le programme, les étapes, les services, les réunions, etc. Je me sentais très bien, mais je n’étais pas tout à fait à ma place. Ils m’ont suggéré de continuer à chercher d’autres fraternités. J’ai en effet cherché d’autres fraternités et j’ai parfois été proche de trouver un foyer, mais je me sentais toujours incomplète.

Quelques années plus tard, j’ai trouvé mon premier petit ami, qui est aujourd’hui mon mari. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à avoir plus de problèmes. En tant que femme qui s’était livrée à la luxure sous diverses formes pendant de nombreuses années, je trouvais difficile de m’adapter sexuellement à un vrai homme, d’être intime émotionnellement et sexuellement avec lui. 

J’en suis revenue à la masturbation, aux fantasmes romantiques et sexuels, au flirt. Avec le temps, je suis tombée enceinte et j’ai perdu ma première fille parce qu’elle avait des malformations génétiques, ce qui a été terrible pour moi. Je me sentais coupable parce qu’à l’époque, j’étais dépendante de la nicotine, je fumais plusieurs cigarettes par jour et mes troubles alimentaires avaient progressé au point que je me détestais encore plus quand je me regardais dans le miroir et que j’avais pris des pilules pour supprimer ma faim. Je n’ai jamais pleuré la perte de ma fille ; j’ai caché mes sentiments, essayant toujours d’être la femme forte et courageuse.

Ensuite, après la naissance de mes trois autres enfants, je me suis totalement livrée à la masturbation et je me sentais toujours anxieuse ; je convoitais mes beaux-frères, mes voisins, mes connaissances, pensant que tout le monde était physiquement meilleur que mon mari.

Pour me détendre, j’ai commencé à étudier et j’ai terminé le lycée, puis l’université et j’ai découvert Internet, que j’ai transformé en prison personnelle. J’y ai passé des heures à faire mes devoirs, mais aussi à consulter des pages web à la recherche d’amis occasionnels, de sexe et de romance.

J’ai terminé le lycée lorsque j’étais plus âgée, mais je n’avais plus la concentration nécessaire pour continuer à aller à l’université. Ma tête était pleine d’obsessions, de distractions sexuelles et romantiques ; mon énergie était faible et je tombais dans une dépression constante, fréquentant des hôtels miteux, m’empêtrant dans plusieurs relations toxiques, dépensant beaucoup d’argent pour essayer d’être splendide, contractant fréquemment des infections sexuellement transmissibles qui m’amenaient chez le gynécologue. Je regardais du porno presque tous les jours. Je n’arrivais pas à dormir la nuit et je faisais des excès alimentaires qui me faisaient parfois vomir. Je suis tombée enceinte en dehors de mon mariage et j’ai avorté. Je n’étais pas performante à la maison, à l’école ou au travail.

Puis, après plusieurs années, mon mari m’a découverte. J’avais laissé mon téléphone à la maison et il l’a regardé parce que je recevais beaucoup de messages. Comme une idole d’argile tombée à terre, l’image qu’il avait de moi s’est brisée : en une seconde, dans son esprit, je suis passée du statut de femme aimée à celui de prostituée. Il m’a chassée de la maison et m’a dit qu’il allait déposer une plainte auprès du juge pour avoir la garde de mes jeunes enfants. Il m’a dit qu’il allait me laisser avec ma famille, qu’il allait leur dire que j’étais une prostituée et leur montrer mon téléphone comme preuve.

Lorsqu’il m’a confrontée, il a fait éclater la bulle de luxure rose dans laquelle je vivais depuis des années et j’étais terrifiée à l’idée de perdre mes enfants. Mes valises m’attendaient à la porte et il m’a dit que si je ne me faisais pas aider et si je ne changeais pas de comportement, nous divorcerions.

Un jour, folle d’angoisse et de désespoir, j’ai tout essayé pour déjouer les blocages qu’il avait mis sur l’ordinateur. Ce faisant, je suis tombée sur un site internet intitulé Sexoliques Anonymes du Mexique et j’ai commencé à m’y intéresser. J’ai continué à lire, de plus en plus, et je suis arrivée à la question du test qui disait : Avez-vous une double vie ? J’ai tout absorbé, toute cette information sur la maladie, le problème et la solution, et je me suis rapidement rendu à ma première réunion.

Je pense que c’était un acte de la Providence, un acte de miséricorde de la part de ma Puissance supérieure, qui m’a conduite à cette page internet ; penser qu’il y a d’autres personnes comme moi dans le monde, au Mexique, qui ont cette addiction et qui se rencontrent chaque semaine pour s’aider mutuellement à se rétablir ! Je n’en avais aucune idée. Cet acte de la Providence m’a ouvert la voie vers les SA.

Aujourd’hui, je remercie Dieu de m’avoir choisie parmi tant de femmes qui ont besoin de ce programme ; de m’avoir donné l’opportunité de rejoindre un programme merveilleux et aimant qui m’aide à m’accepter telle que je suis ; à m’aimer d’une manière saine et à respecter mon corps, mon âme et mon être. 

Aujourd’hui, j’ai une fraternité qui me correspond vraiment, en m’identifiant comme je le fais naturellement avec chacun de mes compagnons.

La confiance avec mon mari grandit de jour en jour, tout comme l’amour véritable. Je ne veux plus le changer, aujourd’hui je me réjouis de son amour, je l’aime pour ce qu’il est. Aujourd’hui, je vois que le problème, c’est moi, ce n’est pas lui.

Je dors paisiblement et je suis joyeuse, même avec les problèmes de la vie.  Ma luxure se manifeste parfois, mais je ne l’assouvis plus et je ne la crains plus.  Je la respecte – rusée, déroutante, puissante – et cela m’aide à m’en éloigner ; si la tentation persiste, je fais appel à ma Puissance supérieure qui est bien plus puissante que la luxure. 

Merci, Sexoliques Anonymes. J’ai trouvé un niveau de paix et un sens à la vie qui m’ont toujours échappé. Merci, Dieu, d’avoir toujours pris soin de moi avec Ta main anonyme.

Lina, Ville de Mexico, Mexique

Total Views: 46|Daily Views: 1

Share This Story, Choose Your Platform!