Letting Go of Victimhood

Le courage d’être changé

J’ai rejoint les Sexoliques Anonymes il y a quatre ans. Avant cela, je n’avais aucune idée que j’étais dépendante. Les pensées suicidaires quotidiennes ont été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Après être passé à l’acte, je ne me sentais pas bien ; je ressentais simplement une forte douleur et je n’avais aucune idée de ce qu’il fallait faire ou de la façon dont je pouvais m’aider. Je priais pour que Dieu me donne le moyen de sortir de mon obsession.

C’est alors que j’ai lu sur l’internet l’histoire d’une femme SA, quelque part, et je me suis identifiée à elle, car j’étais moi aussi dépendante de la luxure. Lorsque j’ai assisté à une réunion et écouté les témoignages des membres, je n’arrivais pas à croire qu’ils souffraient des mêmes choses que moi. Mon premier sentiment a été : “Je suis chez moi. Je peux être moi-même ici et dire la vérité, petit à petit.” Après trois mois de programme, j’ai senti au fond de moi que je ne voulais plus passer à l’acte.

En devenant sobre, j’ai réalisé que je voulais plus que la sobriété ; je voulais aussi mettre les Étapes en pratique. Inspirée par l’une des sœurs SA, j’ai décidé de participer aux réunions des SA en langue russe et d’y chercher une marraine. À l’époque, il n’y avait que quelques sœurs sobres en SA dans mon pays et je n’avais donc pas beaucoup de choix.

J’ai étudié le russe à l’école, mais je ne l’avais jamais parlé après avoir obtenu mon diplôme. Sans connaître très bien la langue, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai essayé parce que je voulais vraiment changer ma vie et m’engager sur la voie du rétablissement. J’ai rejoint la communauté russophone avec l’aide de Google translate. Ces fois-là, j’ai prié pour avoir le courage d’essayer et j’ai fait confiance à ma Puissance supérieure pour que tout se passe bien. Cela n’a pas été facile, mais je remercie Dieu de m’avoir entendue et d’avoir trouvé une marraine qui croyait que nous pourrions travailler ensemble avec succès sur les Étapes.

Pas à pas, avec l’aide de la traduction en ligne, j’ai commencé à travailler avec une marraine russe parce que mon désir était plus grand que mes craintes. J’avais peur tout le temps – je faisais des erreurs à l’écrit, j’essayais de parler mais je faisais aussi beaucoup d’erreurs. Malgré mes craintes, j’ai continué.

Le fait de travailler sur l’étape 4 avec une marraine m’a aidée à réaliser que j’ai toujours été “une victime”. Je me trouvais constamment dans des situations où les autres étaient coupables, pas moi. Je reprochais aux autres de m’avoir fait du mal, de m’avoir mal regardée, de m’avoir mal parlé. La douleur et les accusations, c’est ce que je voulais et ce que ma maladie voulait. Lorsque ma marraine m’a recommandé de prier et de réfléchir à la meilleure façon d’abandonner mon précieux statut de victime, je n’ai pas voulu l’entendre – j’étais en colère. Cependant, après notre entretien, j’ai beaucoup prié pour que Dieu me montre si j’étais une victime.

Et Dieu m’a montré que j’avais toujours cherché à jouer le rôle de victime. J’ai tellement prié pour qu’Il m’aide à abandonner mon sentiment de victime et à avancer dans la vie ; j’avais besoin de Son aide ; je savais que je ne pouvais pas le faire moi-même. J’ai pleuré comme une enfant. J’avais l’impression que quelque chose se brisait en moi, que Dieu abattait les murs gelés autour de mon précieux sentiment de victime et me montrait un moyen de m’en sortir. Je voulais de tout mon cœur arrêter de blâmer les autres parce que j’étais fatiguée de vivre avec cela. La capitulation m’a donné le courage de lâcher prise. Aujourd’hui, j’ai décidé de ne plus être une victime et je demande à Dieu, chaque fois que je suis tentée, de dire “non” à la tentation d’être une victime. J’ai le choix aujourd’hui : être une victime ou non, suivre le chemin de l’heureux destin ou retourner à l’état sombre et déprimant de la victimisation perpétuelle. Aujourd’hui, je préfère la lumière, la joie et la liberté.

Il m’a fallu beaucoup d’humilité pour admettre mes défauts de caractère. Grâce au travail des étapes 4 à 7, j’ai osé admettre que je suis une personne égoïste, malhonnête et contrôlante. Chaque fois que je choisis la solution, je gagne une liberté intérieure et le courage d’admettre que je suis une personne malade qui se rétablit, et non une personne mauvaise qui devient bonne. Je suis une fille aimée de Dieu.

Une fois de plus, mon désir de rétablissement était plus fort que mes craintes de faire amende honorable à la neuvième étape. Une amende particulière que je devais faire était de payer les achats d’une personne au hasard dans un magasin au hasard. J’avais très peur de faire cela et j’ai longtemps repoussé l’échéance parce que je n’avais aucune idée de la façon dont je pourrais le faire. Mais je devais affronter mes peurs et le faire si je voulais être libre, et personne ne pouvait le faire à ma place. Un dimanche, je me suis mise en route pour faire l’amende. J’étais pleine de craintes. J’ai continué à prier pour que Dieu me donne du courage, car cet amende me semblait tellement impossible. Je ne m’étais jamais trouvée dans une telle situation. J’avais toujours préféré prendre aux gens plutôt que de donner. Je suis passée devant deux magasins et je n’ai rien pu faire. En m’arrêtant devant un troisième, je me suis dit : “Mon Dieu, donnez-moi le courage ! ; ma peur est plus forte que ma volonté de faire ce que je dois faire, mais Vous pouvez m’aider. Je ne sais pas comment m’y prendre. Donnez-moi juste le courage et la bonne situation”. Et le plus drôle, c’est que tout s’est passé très vite ! Dieu m’a donné une personne que j’ai pu approcher et lui proposer de payer ses achats. J’ai fait l’amende avec Sa participation. L’homme m’a serré dans ses bras et m’a dit que c’était un miracle pour lui, que personne n’avait jamais fait quelque chose d’aussi gentil pour lui auparavant.

C’est un miracle que Dieu encourage mon désir de changement audacieux. Je ne veux plus vivre dans le passé, me nourrissant – m’empoisonnant – de sombres souvenirs. Je vis aujourd’hui d’une nouvelle manière, heureuse, joyeuse et libre, et je crois que Dieu me donnera encore plus de courage pour m’aider à avancer sur le chemin du rétablissement.

Jolita P., Lituanie

Total Views: 40|Daily Views: 1

Share This Story, Choose Your Platform!