Music As a Spiritual Experience

La musique en tant qu’expérience spirituelle

SE CONNECTER À UNE PUISSANCE SUPÉRIEURE

Deux des meilleurs outils de ma “boîte à outils spirituelle” pour me connecter à l’Intelligence divine (en plus de suivre les Étapes, d’assister aux réunions, de parler avec mon parrain et de travailler au sein de la fraternité SA) sont le chant et la musique (ou l’écoute de la musique). La musique est pour moi une passion depuis toujours et un élément important de mon rétablissement.

J’ai grandi dans le Midwest américain au sein d’une famille de musiciens. Jeune garçon et adolescent, mes plus grandes joies étaient de chanter dans les chorales d’église et de jouer sur le piano à queue de mon père. Mon père était pasteur et directeur de chorale, il jouait du piano et donnait des cours de chant. Ma mère aimait jouer du piano et chanter avec de jeunes enfants. Ma sœur, l’aînée de cinq enfants, jouait de la guitare et étudiait la harpe à l’université. C’est elle qui m’a fait commencer à jouer de la guitare à l’âge de 16 ans, il y a donc plus de 50 ans.

SURPRIS PAR LA JOIE

Ayant grandi dans une famille dysfonctionnelle composée d’un père sexolique et d’une mère codépendante, j’ai eu beaucoup de problèmes émotionnels à l’adolescence et j’ai souffert de dépression, ce qui m’a parfois amené à avoir des pensées suicidaires. Ce qui m’a permis de tenir le coup, c’est d’écouter la musique populaire de l’époque (c’était au milieu/à la fin des années 60, ce qui vous donne une idée) et d’apprendre à jouer beaucoup de ces chansons à la guitare et à m’amuser en les chantant. Des années plus tard, après avoir entamé mon parcours de rétablissement, j’en suis venu à croire que ma Puissance supérieure m’avait maintenu en vie pendant les épreuves de mon adolescence grâce au pouvoir et à la joie de la musique, qui faisaient que ma vie valait la peine d’être vécue. En parlant de joie, l’homme qui est devenu mon parrain m’a dit un jour, après une réunion où j’avais célébré une étape importante de mon rétablissement : “Félicitations pour ton anniversaire de sobriété ! Mais où est ta joie ? Je ne la vois pas.” Ce qui me rappelle un passage de la littérature qui dit : “Si les nouveaux arrivants ne voyaient pas de joie ou de plaisir dans notre existence, ils n’en voudraient pas. Nous tenons absolument à jouir de la vie.” (AA 132)

VIVRE DANS LE PROBLÈME

Après avoir commencé à jouer de la guitare au lycée, j’ai commencé à écrire des poèmes et des chansons au début de la vingtaine. À cette époque, je suis devenu un membre actif d’une communauté internationale de yoga. En tant que membre de cette communauté, j’ai passé de nombreuses heures à jouer et à chanter des chansons dévotionnelles et à psalmodier pour le Divin. Dans le cadre de mes pratiques spirituelles, j’ai été célibataire pendant quatre ou cinq ans, ce qui a été ma première expérience de sobriété sexuelle, des années avant d’entrer en rétablissement. Plus tard, après avoir quitté cette communauté, j’ai épousé ma première femme et nous avons eu un fils ensemble. Après la rupture de cette relation, j’ai commencé à jouer de la musique dans des lieux publics (cafés, fêtes, etc.). Malheureusement, à cette époque, je poursuivais des relations de dépendance malsaines avec des femmes qui étaient basées sur la luxure et je me suis retrouvé dans des situations malheureuses. L’une des chansons que j’ai écrites à cette époque s’intitule “Beauty Is”. Ce que je trouve le plus intéressant dans cette chanson, c’est qu’elle parle d’un accro au sexe qui est “en chasse” et qui, par son obsession du sexe et de lui-même, “se dirige vers le vide”. Ainsi, avant même de trouver le chemin des salles de SA, je savais que j’avais un problème. Mais je n’avais pas encore de solution.

CHANTER POUR SERVIR

Au début de mon rétablissement, alors que j’avançais dans les Étapes, j’en étais arrivé aux étapes quatre et cinq. Lorsque j’ai remis ce qui était ma toute première étape 5 à mon parrain de l’époque, je m’attendais à ce qu’il m’assomme et me dise que j’étais une “mauvaise personne”. J’ai été stupéfait lorsqu’il m’a suggéré de jouer plus de musique et de la partager avec d’autres, tout en continuant mon travail d’étape, bien sûr. Après cela, j’ai commencé à changer mon ancienne attitude, passant de la recherche de l’attention et des éloges en jouant de la musique pour les autres à jouer de la musique et à chanter pour les autres comme un acte de service en transmettant le message sur la façon de vivre la vie avec un plus grand objectif. J’ai également trouvé une nouvelle façon de ressentir et d’exprimer la joie par le biais de l’expression musicale. Après deux ans de rétablissement, j’ai trouvé une nouvelle communauté spirituelle avec laquelle je pouvais me connecter et dont je pouvais faire partie. Il s’agissait d’un groupe important et actif qui organisait des services religieux et disposait d’une grande chorale que j’ai rejointe et avec laquelle j’ai pris plaisir à chanter.

Ce que je ne savais pas à l’époque, c’est que ma future femme faisait également partie de la chorale ! Ma Puissance supérieure m’a donné une énorme bénédiction au bon moment. Par la suite, j’ai commencé à chanter en solo lors des services religieux et je suis même devenu membre de l’orchestre de l’église. C’était le premier groupe avec lequel je me produisais et les promesses se réalisaient pour moi.

VIVRE DANS LA SOLUTION

Ma sobriété et mon rétablissement ont eu un impact important sur l’orientation et le contenu de mes chansons. Deux exemples de cet impact sont mes chansons “Thread of Love” et “Brand New Day”. La première, “Thread of Love”, traite de la vie dans la Solution, qui consiste à rechercher ma connexion à l’Amour Divin dont j’ai parlé plus haut. La deuxième chanson, “Brand New Day”, est une chanson de joie qui parle de jouir de la vie, un jour à la fois. Cette chanson est née lors d’une session de jam avec mon neveu, James. Enfin, dans un esprit de service et pendant ma période de rétablissement, j’ai écrit une chanson d’anniversaire intitulée “Happy Sober Day to You”. J’ai chanté cet air de célébration à la fin des réunions lorsqu’un membre avait franchi une étape importante dans sa sobriété. Aujourd’hui est toujours un grand jour pour être en vie et sobre ! Merci, Puissance supérieure, de m’avoir gardé sobre depuis le 28 décembre 1998 et de m’avoir permis d’être utile à travers ma musique.

Vous pouvez trouver les chansons de Marshal et leurs paroles sur notre site ESSAY essay.sa.org sous les rubriques “Get Involved” et “Recovery Songs”.

Marshal M., Californie, USA

Total Views: 120|Daily Views: 1

Share This Story, Choose Your Platform!