februari-2023-The Joy of Translating ESSAY Into Spanish

La joie de traduire l’ESSAY en espagnol

Mon travail n’a rien à voir avec le graphisme, la publicité, l’illustration de magazines, ou quoi que ce soit de ce genre. … Il y a des années, à mes débuts dans SA, j’ai combiné la conception du bulletin de ma paroisse avec des séances de consommation de chat et de pornographie. … Ce n’est que par un miracle de ma Puissance supérieure que je n’ai jamais placé par accident une image de luxure dans l’un de ces bulletins. … Et, logiquement, la qualité de mon travail était à peine régulière, le temps investi deux fois plus que la normale, je me couchais tard et je m’énervais facilement si quelqu’un critiquait mon travail.

J’ai eu plusieurs épisodes de sevrage en SA, de quelques jours à quelques mois sans consommer, je suis devenu ce que la littérature appelle un “périodique”, ou rechuteur chronique, un schéma qui s’est répété encore et encore. … Aujourd’hui, je suis à moins d’un mois de mon premier anniversaire de sobriété et mes genoux tremblent rien qu’à l’idée de prendre la décision fatale de consommer à nouveau. … Vous m’avez appris que le rétablissement se fait un jour à la fois… et que le service est un pilier fondamental d’une vie sobre et heureuse. Je suis donc profondément reconnaissant d’avoir eu l’occasion de faire partie du groupe de traduction du magazine ESSAY en espagnol.

Aujourd’hui nous sommes dimanche, le premier janvier 2023, cela a été la journée la plus productive en ce qui concerne le travail d’organisation du magazine ESSAY du mois de décembre 2022. A l’origine je rêvais d’avoir le magazine prêt pour Noël. … Ce n’était pas possible… Je suis reconnaissant qu’il soit… juste comme ça… car qui veut voir mon ego dire : “… ça y est les gars… j’ai réussi…”
Le magazine est un travail exceptionnel, les illustrations sont de grande qualité, les textes sont organisés avec élégance et sobriété, il n’y a pas d’excès dans l’utilisation de la couleur ou de la taille des caractères. Je suis sûr que si on faisait un concours mondial en douze étapes des bulletins de fraternité, notre cher ESSAY remporterait la première place.

Le travail de passage de la revue de l’anglais à l’espagnol, implique non seulement de couper et de coller des images, mais aussi de traduire des textes, ce qui parfois n’est pas une tâche facile. En effet, certaines phrases, lorsqu’elles sont traduites littéralement, perdent leur sens, ce qui oblige alors à modifier le texte dans sa littéralité pour le rendre plus compréhensible. On pourrait dire que dans le travail de traduction, nous essayons de rendre les textes finaux compréhensibles pour les lecteurs hispanophones.

L’équipe de traduction est composée d’hommes et de femmes de différents pays, avec des degrés divers de maîtrise de l’anglais, mais avec un désir commun de servir. Il y a de la camaraderie entre nous, et je n’ai aucune hésitation à penser que nos cœurs sont remplis de fierté et de joie de voir chaque édition traduite.

Dans ce travail, nous sommes tous gagnants, c’est impressionnant de lire les histoires, d’une certaine manière nous établissons un lien positif avec les auteurs originaux, nous sommes énormément bénis par la possibilité de fournir ce service. Juste pour aujourd’hui !

Javier V., Costa Rica

Total Views: 290|Daily Views: 1

Share This Story, Choose Your Platform!