februari-2022-His Former Drowning Has Become Today's Newcomer's Hope

L’outil permettant de donner un sens à notre passé douloureux

Dans la dépendance active, mon slogan était “Être seul au paradis est plus difficile que d’être avec une fille en enfer”. Dans ma petite enfance, je ne pouvais pas imaginer un monde sans filles. On se moquait de moi parce que je jouais avec des filles plutôt qu’avec des garçons. Peu importe, en ce qui me concerne, j’aimais jouer innocemment avec les filles.

Mais peu à peu, cette joie d’enfance innocente s’est transformée en un marécage profond et misérable. Tragique, tragique, tragique. Au fur et à mesure que je grandissais, la luxure dérobait l’innocence de l’enfance et m’apportait la misère à la place ; la joie intérieure se transformait en une coquille pourrie, séduisante à l’extérieur, mais à l’intérieur, elle était immonde et pleine de tourments.

Je cherchais du réconfort en me précipitant de l’étreinte d’une personne à l’autre, mais mon corps, mon cœur et mon âme souffraient de la douleur et du vide. Le pire de tout était le tourment spirituel, mon âme était pleine de douleur et de rébellion.

Mais dans ma descente vers l’abîme, je suis tombé un jour sur une petite niche qui est très vite devenue un refuge. J’y ai trouvé des amis qui étaient aussi blessés que moi, mais ils étaient heureux et dansaient et une lumière profonde brillait dans leurs yeux. C’était si étrange de voir des gens qui avaient vécu dans l’ombre de la luxure, heureux maintenant et dansant librement. Il s’est avéré qu’ils fêtaient l’anniversaire de sobriété de l’un des membres et, pour la toute première fois, j’ai ri et dansé, libre des effets de la luxure.

J’étais étonné de la joie que cela procurait ; que la libération des ombres soit possible, que la joie soit possible. La source en moi, qui s’était tarie pendant si longtemps, a recommencé à couler. Au début de mon rétablissement, j’avais peu d’enthousiasme, pas d’esprit ; ce n’étaient que des mots. Mais là, miracle des miracles, je vivais la joie ce soir-là. Je riais sans retenue, sans frime, sans anxiété ; je riais du plus profond de mon cœur. Et il y avait aussi une nouvelle lumière dans mes yeux, la lumière de l’espoir.

Avez-vous déjà apprécié de boire un verre d’eau ? De faire une sieste l’après-midi ? Une brise le matin ou la sérénité d’une soirée ensoleillée ? Si vous m’aviez posé ce genre de questions il y a quelques années, j’aurais pensé que vous aviez perdu la tête. Mais aujourd’hui, si vous réfléchissez à de simples merveilles comme celles-ci, alors je dis que vous êtes arrivé à la sagesse. Et, qui sait, peut-être qu’une partie du bonheur que procure le programme réside dans cette différence entre le savoir d’hier et la sagesse d’aujourd’hui.

Pour moi, la clé du bonheur est de vivre le moment présent. La découverte de cette vérité a été un cadeau de Dieu. Beaucoup pensent que le bonheur vient de la réussite, ou du succès sur le long terme. Mais aujourd’hui, pour moi, toutes les expériences de ma vie – les bonnes, les mauvaises et les affreuses – sont des motifs de bonheur : je ne regrette pas le passé et je ne crains pas l’avenir. Je suis descendu très bas, à un point où j’étais prêt à apprendre, et le programme m’a instruit. J’ai appris à vivre avec mes forces et mes faiblesses ; heureux d’être moi-même, heureux de ce que j’ai. Je m’efforce de m’améliorer dans tous les domaines de ma vie et je prie pour cela, mais je ne reste pas assis à attendre.

Les anciennes blessures sont encore là, physiquement et spirituellement, et le seront toujours. Mais j’ai entendu quelque part que chaque cicatrice sur le corps d’un athlète est une parure. C’est vrai pour nous aussi. Chaque blessure sur notre corps est porteuse d’espoir pour le nouvel arrivant ; elle lui indique qu’il n’est pas seul.

Amin A., Iran

Total Views: 378|Daily Views: 1

Share This Story, Choose Your Platform!