his Imprint on SA Will Last Forever

L’empreinte qu’il a laissée sur SA restera à jamais gravée dans les mémoires

Deux anciens qui ont personnellement connu Jess L. partagent certaines de leurs expériences personnelles avec ce membre très inspirant dans cette interview du magazine ESSAY.

HARVEY : Jess L. était une figure imposante, non seulement par sa taille mais aussi par sa personnalité. Je l’ai rencontré pour la première fois à la conférence des SA à Warm Beach. C’était ma première conférence, mais pas celle de Jess. La cabane dans laquelle nous avons séjourné avait quatre chambres. Lui et sa femme étaient dans l’une, et moi et ma femme dans l’autre. Ted P. et Terry M. et leurs épouses occupaient les deux autres chambres. Nous sommes tous devenus amis à partir de ce moment-là.

DAVE : J’ai connu Jess grâce à une cassette qu’un membre de notre groupe avait reçue du Bureau Central lors d’une des premières conférences nationales. Nous avons écouté la cassette alors que nous nous rendions à Cleveland pour assister à une réunion marathon en octobre 1985. Jess était un orateur doué qui a inspiré ces deux sexoliques lors de notre voyage à Cleveland et de notre première expérience de rencontre avec un groupe extérieur au nôtre.

Plus tard, je l’ai rencontré lors d’une conférence et il est devenu mon grand-parrain. Dire que j’étais à la fois en admiration devant lui et effrayé à mort serait un euphémisme. La compréhension qu’avait Jess du concept de la maladie et la passion qu’il mettait dans ses interventions étaient à la fois éclairantes et intimidantes pour un sexolique. En apprenant à le connaître, j’ai réalisé que son intensité était motivée par l’amour qu’il porte à ses compagnons d’infortune et par sa conviction que nous sommes tous confrontés à une maladie potentiellement mortelle.

HARVEY : Heureusement, je ne savais pas qui était Jess sur le plan professionnel, sinon j’aurais été trop intimidé pour lui demander d’être mon parrain. Jess était un auteur mondialement connu qui avait écrit une série de livres, dont l’un s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires. J’en parle parce que Jess me disait, si je me souviens bien : “L’humilité, c’est quand je dis que je suis un auteur célèbre. En me rappelant et en reconnaissant que Dieu m’a donné ce talent, j’obtiens l’humilité pour un jour de plus”.

Comme il était célèbre, il donnait des conférences dans tout le pays. Dans ces différentes villes, il abordait d’une manière ou d’une autre le sujet de SA. Des villes de l’Oklahoma et de l’Utah ont commencé à organiser des réunions SA après qu’il ait parlé lors des séminaires de sa tournée de livres. Il a été un véritable missionnaire pour notre programme.
Jess a également apporté ses talents d’écrivain à la fraternité. Il a eu une grande influence sur beaucoup de nos brochures. Il a été notre premier membre à annoncer qu’il était libéré de la luxure.

DAVE : Oui, c’est vrai. Je me souviens d’avoir été troublé par le terme “luxure” lorsque je suis entré dans la fraternité en août 1985. Je savais que j’étais dépendant et que j’étais totalement impuissant face à la masturbation compulsive, mais je ne comprenais pas le concept de la luxure et comment elle était la force motrice de mon comportement.

Je ne me souviens pas de l’événement au cours duquel il a pris la parole, mais je me souviens avec une grande clarté de ce qu’il a dit ce jour-là lorsqu’il a donné sa définition de la luxure. Jess a dit : “Pour moi, la luxure, c’est le fait de vouloir quelque chose que Dieu ne me donne pas à un moment donné”. Cette déclaration a résonné en moi et je l’ai répétée des dizaines de fois dans les réunions et lorsque je réfléchissais à mon propre rétablissement. Pour moi, la luxure est le fait de ruminer à propos de quelqu’un ou de quelque chose et, si je n’y renonce pas, cela peut avoir de très mauvaises conséquences sur mon rétablissement.

HARVEY : Te souviens-tu que Jess nous racontait aussi de nombreuses histoires de l’Orient ? L’une d’entre elles, en particulier, diminue le concept du pouvoir du déclencheur. Il nous parlait d’un gourou en Inde qui marchait avec son élève le long d’une route. Tout à coup, ils ont vu une belle femme vêtue d’une robe fluide. Elle n’arrivait pas à traverser une grande flaque de boue. Le gourou l’a soulevée et l’a transportée à travers la flaque de boue, puis l’a déposée sur le sol. Deux miles plus loin, l’étudiant était très agité. “Gourou, je ne comprends pas”, s’exclame-t-il. “Tu n’as pas le droit de toucher une femme et pourtant, non seulement tu l’as touchée, mais tu l’as aussi portée. Le gourou répondit : “Oui, étudiant, je l’ai soulevée et je l’ai ensuite déposée sur le sol, et pourtant, deux miles plus loin, tu la portes encore.”

Il était certainement un grand conteur, plein d’histoires précieuses. Il a été un super cadeau pour moi en tant que parrain pendant près de neuf ans. Il a été un cadeau encore plus grand pour notre fraternité. Il est décédé le 24 février 2000, mais l’empreinte qu’il a laissée sur les SA restera à jamais gravée dans les mémoires.

DAVE : Je pourrais raconter d’autres histoires à son sujet, mais sa définition de la luxure est l’une de celles que j’emporterai avec moi et que je transmettrai à d’autres, alors que je continue à avancer sur la route de l’heureux destin. Que Dieu bénisse notre merveilleuse fraternité des Sexoliques Anonymes.

Harvey A., Floride, États-Unis Dave H., Tennessee, États-Unis

Total Views: 62|Daily Views: 1

Share This Story, Choose Your Platform!