It Keeps Getting Better and Better

De mieux en mieux

Je m’appelle David, je suis un sexolique. Et par la grâce de ma Puissance supérieure, ma date de sobriété est le 2 août 1988, ce dont je ne serai jamais assez reconnaissant. Le mérite en revient à ma Puissance supérieure, c’est certain. J’étais assis à table et je me disais que cela faisait trente et un ans, cinq mois et huit jours. Et chacun d’entre eux, à sa manière, a été un miracle. C’est un peu ce que j’aimerais partager ce soir. Après ma première année de sobriété, on m’a dit que ça irait de mieux en mieux. Et c’est la simple description de mon expérience au sein des Sexoliques Anonymes : ça va de mieux en mieux.

Pour mon exposé, j’utiliserai “Qu’est-ce qu’un sexolique et qu’est-ce que la sobriété sexuelle ?” comme cadre de travail approximatif, et j’en ferai le tour. Lors de ma première réunion, nous avons utilisé ces lectures. Et cela commence par “Nous ne pouvons parler que pour nous-mêmes”. Comme d’autres intervenants l’ont déjà dit et comme une personne l’a décrit avec éloquence, si les Alcooliques Anonymes sont la dernière maison du quartier pour ceux qui en ont besoin, les Sexoliques Anonymes sont les toilettes extérieures derrière la dernière maison du quartier. L’un de mes moments de honte dans ce programme, d’ailleurs, c’est lorsque mon parrain m’a dit : “David, il est écrit : ‘Poussé par une centaine de formes de peur, de recherche de soi, d’illusion de soi et d’apitoiement sur soi’. Trouve une centaine de formes de peur.” Et je n’en ai trouvé que soixante-douze. Je porte encore ce fardeau aujourd’hui.

Une grande partie de ce à quoi nous répondons en nous-mêmes et les uns pour les autres dans nos réunions, dans notre littérature, dans des rencontres comme celle-ci, échappe à la compréhension d’une grande partie de notre société. Elle ne cesse de changer. Néanmoins, je suis bien conscient que la société est un lieu où on peut encore souvent se sentir très, très seul. Il est si important d’être ensemble, et nous sommes en effet les seuls à pouvoir parler pour nous-mêmes. L’une des choses qui nous donne le pouvoir de continuer ce que nous faisons, au quotidien, est ce qui nous a été transmis par les Alcooliques Anonymes. En effet, lorsque les Alcooliques Anonymes ont commencé en 1935, la situation était à peu près la même. Les alcooliques étaient une cause perdue. Il n’y avait pas d’espoir. Ils n’allaient pas s’améliorer. Les alcooliques pouvaient être institutionnalisés, marginalisés, tolérés ou même confinés, mais il n’y avait pas d’espoir. Et puis soudain, à partir du 10 juin 1935, il y a eu de l’espoir. C’est d’ailleurs la date du dernier verre du Dr Bob, son premier jour de sobriété.

Et c’est très similaire pour nous. Dans le Livre blanc, Roy parle du numéro du magazine Time publié en 1974. On a donc toujours eu besoin de nous et il y a toujours eu des gens autour de nous qui savaient qu’il était possible d’obtenir de l’aide par le biais du rétablissement en douze étapes. Néanmoins, “nous ne pouvons parler que pour nous-mêmes. La nature particulière des Sexoliques Anonymes se comprend mieux à partir de ce que nous entendons par sexolique.”

L’un de mes souvenirs les plus spectaculaires à Nashville est celui d’un dimanche soir où Harvey a dit à quel point il était triste que son parrain soit proche de la mort. Son parrain a regardé Harvey et lui a dit : ” Harvey, Troisième Étape, lâche prise” en lui tendant les mains, les doigts ouverts, les paumes vers le haut. C’est ce que nous avons fait ici à Nashville et partout ailleurs. Ma femme et moi étions derrière une voiture sur l’autoroute cette nuit-là et soudain, ce même signal est sorti de la fenêtre de droite, et de la fenêtre de gauche, celle du conducteur. Nous avons ri pendant tout le trajet de retour à Nashville. Et pourtant, je vous transmets ce soir l’histoire d’un homme qui est mort il y a près de 32 ans et dont le message est toujours d’actualité. Et c’est le message que nous transmettons chaque fois que nous tenons une réunion, chaque fois que nous décrochons ou répondons au téléphone, chaque fois que nous lisons la documentation du programme, chaque fois que nous nous tenons la main – quoi qu’il en soit, ce qui me fait plaisir, c’est de voir à quel point notre fraternité est proche, selon mon expérience en tout cas, des Alcooliques Anonymes.

Mais en fait, si quelque chose ne fonctionne pas, j’ai le choix entre huit cents réunions AA par semaine. C’est pratiquement la même chose, les lectures sont très similaires, l’ouverture du chapitre cinq, et tout le reste. Le nom “sexolique” nous relie donc à cet immense réservoir de succès spirituel et d’espoir [déjà établi] pour l’alcoolique en voie de rétablissement. Nous [les SA] sommes très spécialisés.

Je vous connais parce que je suis malade mental et que vous êtes malade mental. C’est ce que nous avons en commun. Ai-je demandé cette maladie mentale ? Non. Est-ce que j’ai signé pour ça ? Non. Est-ce que je l’ai ? Oui. Personne ne choisit d’être diabétique. Personne ne veut que son pancréas s’arrête, qu’il soit résistant à l’insuline et tout ce qui va avec. Cela arrive, c’est tout. Et une fois que c’est arrivé, vous savez quoi ? Soit nous l’acceptons et vivons notre vie en conséquence, soit nous ne l’acceptons pas. C’est cela “la nature particulière des Sexoliques Anonymes”.

“Le sexolique s’est abstrait de la notion de bien ou de mal.” Je me souviens de la solitude dans laquelle j’étais à l’âge de six ans. À la fin de la première réunion à laquelle j’ai assisté, ils ont dit : “Nous avons fait la véritable Connexion. Nous étions sauvés.” et j’ai commencé à pleurer. J’avais alors 42 ans et je cherchais un foyer depuis très longtemps. Je n’étais tout simplement pas à ma place. Et comme tout bon dépendant, ma maladie était chronique et progressive.

Lors d’une réunion, un membre a raconté qu’il devait avoir des formulaires de commande parfaits et qu’il passait en revue 20 formulaires pour en obtenir un seul parfait, juste pour passer la commande. C’était avant les ordinateurs. Je me suis dit que je n’étais pas aussi perfectionniste. Puis j’ai réalisé que je n’étais pas perfectionniste que pour une seule chose. Je pensais pouvoir tout faire parfaitement. Et c’est ce qui se passait à l’intérieur. J’allais avoir un monde parfait. J’étais un roi très bienveillant qui pensait que le sexe était très important. Et c’était bien là la cause de mon isolement, “m’abstraire de la notion de bien ou de mal”.

Et je ne savais pas que c’était une question de bien ou de mal. Je pensais que c’était juste ce que je devais avoir. Et l’histoire de Roy dans le Livre blanc, où il parle d’apprendre à garder un secret alors qu’il voulait …. Je crois que c’était sucer son pouce, n’est-ce pas ? Si je me souviens bien, j’avais tous ces secrets à garder. Mes secrets ont commencé à l’âge de quatre ans. Ma maladie, je peux la retracer depuis l’âge de quatre ans. Je me déshabillais en public et je fantasmais compulsivement sur des choses qui ressemblaient surtout à des contes de fées. Je ne pouvais pas m’arrêter. Cela a envahi toute ma vie. Et puis j’ai été puni ou châtié, je suppose, plus exactement pour avoir fait du voyeurisme en regardant des filles dans la cour de récréation, debout sous le toboggan, quand j’avais cinq ans. J’ai été en quelque sorte surpris, appréhendé, nu avec d’autres garçons en train d’essayer de passer à l’acte sexuellement. Nous ne savions pas ce que nous faisions à l’âge de sept ans. À dix ans, j’ai découvert la masturbation. Ma première partenaire imaginaire de masturbation était ma mère. Et j’ai pensé que ce n’était pas bien. Alors j’ai changé pour une femme plus âgée, la voisine.

Mais ce qui n’a pas changé, ce sont les fantasmes et la masturbation compulsive qui, une fois que j’ai commencé, n’ont jamais cessé jusqu’à ce que je vienne à cette fraternité. J’ai cependant pensé qu’il y avait un problème, car à treize ans, je me souviens d’une question posée lors d’un cours d’éducation sexuelle : “À quel point la masturbation est-elle excessive ?” Et la réponse du professeur était que si vous vous faites du mal, c’est probablement trop. Et je me suis effectivement fait mal au fil des ans, mais je n’ai jamais eu l’impression que c’était trop. Mais à treize ans, j’ai su que quelque chose n’allait vraiment pas. Sexe avec des animaux, travestissement, pornographie sous toutes ses formes, fantasme, voyeurisme, sadomasochisme, multiples aventures adultères. J’ai été assez minutieux.

Après ma première réunion, je suis passé à mon bureau où j’avais caché une collection de matériel pornographique. J’ai tout pris et je l’ai jeté. À cette époque, une femme a parlé des vêtements qu’elle “utilisait”. Je me souviens de l’impact que cela a eu sur moi, et j’ai immédiatement su quels étaient les vêtements que j’ “utilisais”. Je suis donc rentré chez moi et j’ai jeté mes vêtements de passage à l’acte. Peu importe ce qu’ils sont, ce qui compte, c’est l’impact qu’ils ont eu sur moi. Et si je voulais être honnête à ce sujet et les éliminer de ma vie, c’est ce que je devais faire.

“Le ou la sexolique s’est abstrait de la notion de bien ou de mal.” Je me souviens d’avoir été assis derrière Jean P. lors d’une réunion. Elle avait la grande version 8,5″ x 11″ du Livre blanc qui existait à l’époque. Des lignes avaient été rayées et d’autres choses avaient été ajoutées, dont le mot “la sexolique”. C’est à ce moment-là que le texte “Qu’est-ce qu’un sexolique et qu’est-ce que la sobriété sexuelle ?” a été présenté pour la première fois ici à Nashville en 1990 et qu’il s’est ouvert aux femmes en termes de pronoms. Nous avons enfin rattrapé notre retard en matière d’écriture et cela a été formidable. C’est exactement ce dont nous avions besoin.

“Il ou elle a perdu le contrôle, n’a désormais plus le pouvoir de choisir et n’est pas libre d’arrêter.
La luxure est devenue une dépendance.” J’avais suffisamment fréquenté les Alcooliques Anonymes pour savoir que pour un alcoolique, l’alcool n’est pas le problème. Si l’alcool est le problème, il suffit de ne pas boire pour ne plus avoir de problèmes. Le problème de l’alcoolique, c’est le “-isme” – Je, Soi, et Moi, I.S.M. – et l’égocentrisme et les défauts de caractère qui alimentent cet usage compulsif de l’alcool, ou dans notre cas, la luxure. Même si je ne suis pas alcoolique, j’avais suffisamment fréquenté les AA pour savoir à quel point leur mouvement était puissant. Lorsque j’ai assisté à ma première réunion des SA, les gens parlaient de s’enivrer de luxure. Je me suis identifié dès le premier jour. Je savais que je m’enivrais de masturbation au fil du temps. J’ai aussi appris qu’on pouvait s’enivrer de fantasmes, de n’importe quoi.

J’avais définitivement “perdu le contrôle, je n’avais plus le pouvoir de choisir et je n’étais pas libre de m’arrêter”. Je roulais de Vanderbilt vers Hillsborough Road, je suis arrivé à un feu rouge et une voiture s’est arrêtée devant moi. Il y avait une femme dans la voiture. Je n’ai rien vu d’autre qu’elle, donc il n’y avait que sa tête au-dessus du siège et j’ai été totalement déclenché par ses cheveux. C’était mon troisième ou quatrième jour de sobriété. J’ai été totalement surpris parce que je n’avais aucune idée, jusqu’à ce moment-là, de l’intensité de ma luxure. Et je me suis toujours décrit comme le genre de sexolique qui, comme un alcoolique, ne laisse jamais le verre se vider. Certaines personnes sont des “soulards occasionnels”. Je comprends cela. Mais je ne suis pas l’un d’entre eux. Je ne laisse jamais la bouteille de la luxure se vider. Ce défaut de caractère n’a pas disparu. Comme tous mes défauts de caractère, ils ne disparaissent pas. C’est comme la couleur de mes yeux. Ce qui a changé, c’est qu’ils ne dirigent plus ma vie. Et c’est un grand changement pour lequel je ne suis jamais assez reconnaissant.

“Notre situation est semblable à celle de l’alcoolique qui ne peut plus tolérer l’alcool et doit arrêter de boire mais est en même temps accro et ne peut arrêter.” Certaines personnes avec lesquelles je travaillais me suppliaient d’arrêter de sortir déjeuner, d’avoir des conversations spéciales, de fermer la porte de mon bureau pour avoir des consultations à propos de n’importe quoi. Et mes épouses – je suis dans mon deuxième mariage depuis 43 ans et mon premier mariage a duré huit ans – voulaient certainement que j’arrête. Pour Jane, mon épouse actuelle, ce n’était pas une partie de plaisir. J’étais sobre depuis environ deux semaines. Nous étions séparés à l’intérieur de la maison et nous parlions le soir. Je m’asseyais en haut des escaliers et elle vivait en bas.

Un soir, elle m’a dit : “Tu es si différent de mon premier mari, Jack.” Et elle a énuméré toutes les façons dont j’étais différente de Jack. Puis elle a dit : “Et vous avez une chose qui est la même. Vous êtes tous les deux accros au sexe.” Et deux choses se sont produites. Tout d’abord, elle m’a rappelé que ce n’était pas un simple accident qu’elle et moi soyons ensemble. Deuxièmement, c’est ce soir-là qu’elle a su qu’elle avait besoin de S-Anon, et elle a continué à y aller.

Et comme je l’ai dit, je me suis identifié à l’ivresse de la luxure. Je voulais arrêter. Je me souviens qu’à l’âge de 21 ans, j’étais dans un groupe de rencontre et j’ai dit à une femme du groupe : ” Eh bien, vous ne m’attirez pas sexuellement. ” Je pensais que je venais de dire l’une des choses les plus importantes que le monde ait jamais entendues. Ce que je n’ai réalisé que bien plus tard, après avoir participé à ce programme, c’est que je pense qu’elle était la seule à qui j’avais dit cela. Il y avait cent et quelques millions d’autres femmes dans ce pays et plus encore dans d’autres pays. J’étais remarquablement égalitaire en matière de luxure. C’est pourquoi je me suis définitivement identifié à cette phrase de “Qu’est-ce qu’un sexolique ?” qui dit “…mais il est en même temps accro et ne peut arrêter.” C’était moi.

La mention “Ainsi en est-il du sexolique” signifie qu’il s’agit d’un programme destiné uniquement aux sexoliques. Nous ne prétendons pas qu’il s’adresse à quelqu’un d’autre. “…toute forme d’activité sexuelle avec lui-même ou avec des partenaires autres que le conjoint devient progressivement une dépendance destructrice.” Je me suis immédiatement identifié car je savais que je m’enivrais de masturbation, je m’enivrais de fantasmes, je m’enivrais de luxure. Être attiré sexuellement par quelqu’un qui n’est pas son conjoint, “au creuset de nos expériences”, est progressivement addictif et destructeur. C’est tout. Nous ne sommes pas négatifs à ce sujet. Nous disons simplement que cela nous détruira. Environ deux ans avant mon adhésion en 1988, pour une raison quelconque, j’ai dressé une liste des femmes avec lesquelles j’avais eu des liaisons. Je me souviens avoir été choqué, d’abord par la longueur de la liste, ensuite parce que le problème se posait de plus en plus souvent – il y avait des périodes de temps plus courtes entre les nouvelles liaisons. Je n’avais aucune idée, jusqu’à ce que j’écrive la liste, à quel point la luxure était progressivement addictive et destructrice.

“Nous voyons aussi que la luxure est la force motrice sous-jacente à nos passages à l’acte sexuels, et que la vraie sobriété implique une victoire progressive sur la luxure.” Je suis un homme raisonnablement intelligent et raisonnablement à l’aise avec le langage et la parole. Je savais donc que les gens avaient des problèmes avec leurs activités sexuelles depuis des temps immémoriaux. Je savais aussi que j’avais tout essayé. Cela s’est avéré être un don. Je ne m’en étais pas rendu compte. J’avais essayé tout ce que je connaissais pour arrêter, et je n’y arrivais pas, et on me disait que je n’étais pas fou. Comme Jess, mon parrain, avait l’habitude de dire : “Ce n’est pas le comportement sexuel qui est le problème, David. C’était la luxure dans ta tête. C’est ça le problème.” Et non seulement cela sonnait vrai, mais cela me donnait aussi un contexte parce que, comme je l’ai dit, cela a commencé à l’âge de quatre ans. Il m’arrive de rencontrer des enfants de 10 ou 12 ans et de me dire : “À ton âge, j’étais en pleine crise pendant six ans” ou “J’étais en pleine crise pendant huit ans”.

“Ces conclusions se sont imposées à nous au creuset de nos expériences et de notre rétablissement ; nous n’avons pas d’autre option. Mais nous avons trouvé que l’acceptation de ces faits est la clé d’une liberté heureuse et joyeuse que nous ne pourrions jamais connaître autrement.” Pendant longtemps, je n’ai pas cru à ces conneries. J’étais malheureux. Je ne voulais pas perdre un autre mariage. Je ne voulais pas perdre une autre série d’enfants. Je ne voulais pas perdre mon emploi ou ma profession. J’aurais probablement perdu les deux. J’étais terrifié et je souffrais beaucoup. Je voulais vraiment arrêter, mais je n’y arrivais pas.

Ce qui m’a amené à participer à ce programme, c’est que ma femme a fait une dépression mentale, une dépression nerveuse, devant moi ; c’était épouvantable. Je ne voulais pas être ce type qui avait un tel impact sur la femme qu’il aimait. Le lendemain, nous sommes allés voir une conseillère qui m’a écouté lui expliquer que j’avais besoin d’être impliqué, apparemment, avec plus d’une femme à la fois. Elle m’a dit : “Vous êtes accro au sexe.” C’était un peu comme si elle me disait : “Tu aimes les biscuits salés.” Je suis allé à ma première réunion ce soir-là et, comme je l’ai dit, je n’ai jamais cessé d’y aller depuis. Et il s’avère que la liberté heureuse et joyeuse… tout ce programme est axé sur la liberté. Si j’accepte le fait que je suis un sexolique, que j’ai vraiment besoin de notre définition de la sobriété, je reçois la liberté. Je n’avais pas de liberté. Je savais que je ne l’avais pas et on m’a offert cette liberté si je la voulais, si j’étais prêt à faire ce qu’il fallait.

“Ceci découragera et devrait décourager nombre de personnes en recherche, qui admettent leur obsession ou compulsion sexuelle mais veulent simplement la contrôler et en jouir, tout comme l’alcoolique aimerait contrôler l’alcool et en jouir.” Harvey était capable de réciter les noms et les souvenirs de toutes les personnes qui venaient et repartaient. Un jour, je l’ai appelé et je lui ai dit : “Harvey, les musiciens n’arrivent pas à devenir sobres.” Il m’a répondu : “David, la plupart des gens ne peuvent pas devenir sobres. Il se trouve que tu te concentres sur les musiciens aujourd’hui.” C’est d’un gars que j’ai parrainé que je parlais et depuis ce temps, lorsque je suis assis dans une réunion et qu’il y a un groupe de personnes, tout le monde est un miracle parce que la grande majorité des gens ne veulent pas ce que nous avons et ne sont pas prêts à faire n’importe quoi pour l’obtenir. Nous sommes des miracles ambulants – en fait, le plus souvent assis.

“Tant que nous n’en sommes pas arrivés au désespoir de vouloir vraiment arrêter mais d’en être incapables, nous ne nous sommes pas abandonnés à ce programme de rétablissement.” Et c’est à cela que j’essaie de me reconnecter tout le temps. Je veux me souvenir de ce point de désespoir, que j’ai connu. Je voulais vraiment arrêter, mais je n’y arrivais pas. Et j’étais prêt à me donner à ce programme, les Sexoliques Anonymes. Et je me souviens de cette phrase, que j’utilise fréquemment et dont je me souviens souvent : “Les Sexoliques Anonymes sont pour ceux qui savent qu’ils n’ont pas d’autre option que d’arrêter, et c’est leur propre intérêt éclairé qui doit le leur dire.”

Si l’on commence par “Nous ne pouvons parler que pour nous-mêmes” et que l’on termine par “Notre propre intérêt éclairé doit nous le dire”, je n’ai pas d’autre choix que d’arrêter. Et c’est un engagement. Je n’y suis pas obligé. Je choisis de le renouveler chaque jour. Il y a un type qui est tout simplement consterné lorsque quelqu’un m’appelle et me dit qu’il était tellement sobre, qu’il suivait un bon programme et qu’il est tout simplement passé à l’acte. Je l’écoute et je lui dis : “Mieux vaut toi que moi.” Et il pense que c’est terrible. Je pense que c’est dans mon intérêt éclairé que j’essaie de rester dans les parages et de revenir.

La dernière ligne du 12&12 dit que, dans ce programme, l’humilité basée sur l’anonymat est la meilleure protection que SA puisse jamais avoir. Humilité et anonymat. L’anonymat en termes de secret de notre identité si quelqu’un en a besoin. Mais aussi l’anonymat en termes d’égalité. Nous sommes tous égaux dans ce programme. Nous venons tous avec un problème commun et, heureusement, nous avons une solution commune. La prière de la Septième Étape : ” Mon Créateur, je suis maintenant disposé à ce que Vous preniez tout ce que je suis, bon ou mauvais. Je Vous demande d’ôter de moi chacun des défauts qui m’empêchent de Vous être utile,” – Dieu que je déteste cette phrase ; Il va laisser des défauts là-dedans – “…à Vous et à mes semblables. Accordez-moi la force de faire Votre volonté à partir de maintenant. Ainsi soit-il.” (AA 76, SA 116).

Au fil des ans, j’ai découvert que la gratitude – dire “Merci, Dieu” est la façon dont je le fais habituellement – est le meilleur remède contre le ressentiment. J’ai des ressentiments autant que n’importe qui d’autre. Ils ne fonctionnent pas mieux pour moi que pour vous. Et la gratitude est la solution qui fonctionne le plus rapidement. J’ai essayé toutes sortes d’autres solutions ; l’une d’entre elles est le travail par étapes et tout le reste. Tout cela fonctionne. C’est la gratitude qui fonctionne le mieux. Samedi soir dernier, l’un des participants à la réunion a dit : “Je n’ai jamais rencontré une personne malheureuse et reconnaissante”. Et j’adore cette phrase. Je ne suis pas capable, si je suis reconnaissant, d’être une personne malheureuse et reconnaissante.

En faisant amende honorable et en changeant ce que je dois changer pour que David reste sobre un jour de plus, j’ai découvert qu’il y a deux constantes qui me maintiennent dans l’agitation et nourrissent les ressentiments, surtout si la gratitude est absente. L’une de ces constantes est de s’accrocher à quelque chose qui n’existe plus. En fait, je le dis aux gens parce que c’est vrai. C’est le sens littéral du mot “ressentiment”. “Re-” signifie “à nouveau” ; “sentire” signifie “sentir” [en latin]. Le ressentiment est un sentiment fort à l’égard de quelque chose. Ce sentiment peut être négatif ou positif, mais il n’est pas réel ! Si quelque chose ne se produit pas réellement, nous l’appelons un fantasme. Et vous savez quoi ? Les fantasmes ne me sont pas particulièrement utiles. Je pense qu’ils ne sont utiles à aucun d’entre nous. Ainsi, lorsque j’éprouve du ressentiment, j’éprouve un sentiment fort à l’égard de quelque chose qui n’arrive pas. C’est un fantasme, et j’ai les outils pour y renoncer. Il me suffit de les utiliser.

L’autre constante de mon expérience en termes de changement – je l’ai éprouvée pour la première fois lorsque j’ai fait amende honorable sur la tombe de mon père – est de m’attendre à ce que quelqu’un soit différent de ce qu’il est en réalité. C’est ce que je fais avec mes fantasmes, n’est-ce pas ? Je crée ce monde magique dans lequel David fait faire aux gens des choses décrites dans le Gros Livre ; les gens font les choses que je veux qu’ils fassent, de la façon dont je veux qu’ils les fassent, et tout le reste, au lieu d’accepter comment les gens sont en réalité. Ces gens peuvent être terribles, ils peuvent être merveilleux, ils peuvent être juste un peu moyens ; c’est ainsi qu’ils sont en réalité.

Et c’est dans ce même bâtiment, il y a trente ans, que Robin M. a dit : “Les attentes sont des ressentiments prémédités.” Voilà une porte vers la liberté. Je peux avoir des attentes si je veux. Si je veux attendre des gens qu’ils soient différents de ce qu’ils sont, je suis libre de le faire. Et c’est un ressentiment prémédité… à qui la faute ? La mienne ! Ce n’est la faute de personne d’autre. Harvey m’a menti une fois. Je lui ai pardonné depuis longtemps. Il m’a dit : “David, si tu commences à penser à quelque chose, ce sera négatif dans les deux minutes.” Cela n’a jamais pris plus d’une minute, tout au plus.

J’ai finalement réalisé que j’étais obsédé. Être obsédé, c’est penser à quelque chose plus d’une fois, à moins qu’il n’y ait eu un changement de fait ou de circonstance. Et j’ai inventé la loi de David. Et la seule raison pour laquelle j’appelle cela une loi, c’est que cela fait trente et un ans, cinq mois et huit jours que j’essaie de trouver une exception à cette loi. La loi, c’est que je ne suis obsédé que par des choses contre lesquelles je ne peux rien faire. Je n’ai jamais été obsédé par quelque chose pour laquelle je peux réellement faire quelque chose.

Ce programme propose de nombreuses formes d’humiliation, et c’est ainsi que j’apprends. L’une d’entre elles a été si importante que je veux la partager ce soir. Peu de temps après mon arrivée dans le programme, ici à Nashville, j’ai été totalement séduit par la prière de la Troisième Étape. Je m’appuyais vraiment sur moi-même. Je la faisais si souvent. Je me réveillais la nuit en la faisant et je la fais encore. Et je voulais que les personnes que je parrainais récitent la prière de la Troisième Étape, la mémorisent et tout le reste. Un soir, nous étions en cercle. Et nous avons récité la prière de la troisième étape. C’était si merveilleux, ils faisaient enfin ce que je voulais qu’ils fassent et je me sentais si important. Nous récitions donc cette prière : “Éloignez de moi les difficultés de sorte que ma victoire sur elles soit, pour ceux et celles que j’aurai aidés, un témoignage…” et le groupe a dit : “…de Votre force, de Votre amour et de Votre mode de vie.”, comme c’est écrit. Et David a dit : ” … de Votre amour, de Votre Force et de Votre mode de vie.” J’avais tout gâché et je ne le savais même pas. Et en plus, j’ai su dès que je l’ai dit pourquoi je l’avais mal mémorisé : j’avais voulu être sûr de l’amour avant de m’approcher de la force.

Deux choses sont ressorties de cette expérience : Premièrement, il s’agit vraiment de Votre pouvoir, de Votre amour et de Votre mode de vie. Et c’est ainsi que cela fonctionne. Des gens m’ont demandé : “Comment puis-je avoir une meilleure relation avec ma Puissance supérieure ?” Nous devons accepter la force. Comme Harvey l’a dit très tôt : “David, la seule chose que tu dois savoir à propos de ta Puissance supérieure, c’est qu’elle n’est pas toi.” Et c’est ce que je fais chaque matin. Deuxièmement, je ne change pas les mots des prières. Je sais que beaucoup de mots sont archaïques. Je sais que Roy l’a réécrit dans le Livre Blanc. Mais je ne peux pas le faire. Non pas parce que c’est bien ou mal, mais parce que je ne peux pas m’arrêter et que je ne saurai même pas que je l’ai fait. Je partage donc cela avec vous.

Il y a des choses dont je suis très content qui se sont passées ici à Nashville. Je voudrais les mentionner brièvement. L’une d’elles est que je faisais partie du comité de supervision qui a décidé de déplacer le bureau central de Nashville hors de la Californie du Sud. Le tremblement de terre de Northridge avait endommagé le bureau et il était temps de déménager. Roy avait confié la fraternité à ce petit comité, le comité de supervision du bureau central. Nous avons donc déménagé ici. Je me souviens d’avoir obtenu un espace sur Murphy’s World Road, de l’avoir partagé avec S-Anon, et bien sûr, le reste appartient à l’histoire. Kay est arrivée en août de cette année-là, après que nous ayons déménagé le bureau, et Roy et Iris sont restés chez moi pendant que nous cherchions le premier administrateur. C’était un vrai plaisir.

Par ailleurs, vers 1994 ou 95, je commençais à m’initier à l’informatique et au courrier électronique. Sur un coup de tête, j’ai regardé si “sa.org” était disponible. Et c’était le cas. Je n’avais aucune idée de ce qu’il fallait en faire. J’ai donc appelé Deacon et lui ai demandé d’enregistrer ce nom. Il l’a fait. Depuis, notre site web s’appelle sa.org. D’ailleurs, je ne veux pas que vous fassiez cela, mais il y a d’autres sites sur lesquels vous ne voulez pas aller, et vous l’entendez de ma bouche, n’y allez pas. Je n’ai donc pas vérifié, mais d’autres m’en ont parlé, et cela s’est avéré vrai.

La dernière chose dont je me réjouis vraiment, c’est qu’il y a vingt ans, j’ai été autorisé à diriger le magazine Essay pendant un certain nombre d’années. J’en suis à nouveau le rédacteur en chef depuis quatre ans. Voici le numéro de décembre, “Les miracles en rétablissement”. C’est un vrai plaisir d’y travailler. C’est aussi beaucoup de travail, mais cela en vaut la peine. Et de nouvelles choses continuent d’arriver. Aujourd’hui même, quelqu’un m’a demandé s’il était possible de payer pour envoyer de l’Essay à l’étranger. Je n’y avais jamais pensé. Je suis sûr que beaucoup d’autres personnes y ont pensé, alors nous verrons si nous pouvons le faire dans les prochains mois. Je pense que cela demandera un peu d’ingéniosité, mais ce n’est pas impossible. Il y a donc toujours des choses qui se passent. Et le modèle que j’espère pour cela est toujours le Grapevine, la publication des AA. Et dans une certaine mesure, nous l’imitons. Nous avons encore du chemin à faire. Mais c’est un jour à la fois. En août, nous avons célébré les quarante ans de Sexoliques Anonymous. Des exemplaires de ce numéro, qui contient beaucoup d’informations historiques, sont disponibles à la table de documentation.

La dernière chose que je voulais partager, c’est que je fais face à un cancer assez important dans mon foie depuis le mois de mai dernier. Il y a quelques jours, je lisais le 12&12 avec un gars, et voici ce qu’on y lisait il y a quelques jours. “Nous avons vu des AA souffrir de maladies persistantes et mortelles sans trop se plaindre, et souvent de bonne humeur ” (12&12 114). Et je n’arrête pas de dire que la lutte contre le cancer ressemble beaucoup à ce programme. C’est très similaire. Sur ce, je vais passer à mon dernier thème et conclure.

Comme la plupart des gens, nous avons découvert que nous pouvions accepter les coups durs tels qu’ils se présentent. Mais comme d’autres, nous découvrons souvent un plus grand défi dans les problèmes moins importants et plus constants de la vie. Notre réponse réside dans un développement spirituel encore plus poussé. Ce n’est qu’ainsi que nous pouvons améliorer nos chances de vivre une vie vraiment heureuse et utile. Au fur et à mesure que nous grandissons spirituellement, nous découvrons que nos anciennes attitudes envers nos instincts doivent subir des révisions drastiques. Nos désirs de sécurité affective et de richesse, de prestige personnel et de pouvoir, de romantisme et de satisfaction familiale – tout cela doit être tempéré et réorienté. Nous avons appris que la satisfaction des instincts ne peut être la seule fin et le seul but de notre vie. Si nous donnons la priorité aux instincts, nous avons mis la charrue avant les bœufs ; nous serons entraînés vers la désillusion. Mais lorsque nous sommes prêts à donner la priorité à la croissance spirituelle, alors et seulement alors, nous avons une véritable chance. (12&12 114)

Et c’est ce à quoi je m’accroche et ce sur quoi je vous laisserai ce soir : ce n’est qu’avec la croissance spirituelle que nous pouvons avoir la liberté que l’on trouve ici, la liberté du rétablissement. Ce n’est qu’en grandissant spirituellement que nous pouvons jouir de cette liberté chaque jour. Et ce n’est qu’avec la croissance spirituelle que nous pouvons avoir le désir de conserver cette liberté, que nous obtenons en la transmettant à chaque occasion. Et pour cela, je ne serai jamais assez reconnaissant. Soyez bénis. Je vous remercie.

David M., Oregon, USA 1945 - 2023

Total Views: 54|Daily Views: 1

Share This Story, Choose Your Platform!