Recovering and Traveling in India

Se rétablir et voyager en Inde

J’ai commencé mon parcours en SA le 25 mai 2021 lorsque mon mari m’a confrontée une fois de plus, mais la différence cette fois-ci était que ma voix intérieure (la voix de la Puissance supérieure) m’a fortement orientée vers Dieu (les bonnes directions ordonnées), alors j’ai fait une recherche sur Google, j’ai trouvé sa.org et j’ai été mise en contact avec une sœur de SA en Inde qui m’a présenté le programme SA. Lors de notre premier long appel, elle m’a expliqué les bases de SA et la définition de la sobriété des SA. Elle m’a dit que je ne pouvais pas sortir du mariage puisque je suis mariée, que je ne pouvais rien faire d’inapproprié avec moi-même, et m’a recommandé d’essayer de maintenir une abstinence totale dans mon mariage pendant quelques mois, ce que mon mari et moi avons maintenu mutuellement pendant 14,5 mois.

J’ai commencé à faire tout ce que SA me disait lorsque je suis arrivée ici après avoir touché le fond. J’ai décidé d’être honnête jusqu’au plus profond de mon être, d’être ouverte d’esprit et de rester disposée, capable d’apprendre et d’être enseignée. J’ai commencé à participer à des réunions, j’ai trouvé une marraine, j’ai été ajoutée à un groupe mondial de plus de 180 sœurs. J’ai commencé à communiquer quotidiennement avec des sœurs par le biais de WhatsApp, de chats, de notes vocales, d’appels, etc. Pour moi, le lien Next Meeting est devenu ma ligne de vie et une véritable bouée de sauvetage, car en Inde, nous n’avons pas de réunions physiques, et je n’ai pas de membre identifié dans ma ville, mon état ou à proximité. Je ne me sens pas non plus prête à révéler que je suis en SA en tant que sexolique et dépendante à la luxure pour des raisons d’anonymat.

Je me suis contentée de m’absorber dans le travail de rétablissement des SA, le travail par étapes avec ma marraine, les réunions, les lectures, la prise de contact, etc. Je n’étais pas encore prête à sortir de chez moi, mais j’avais besoin de sortir de mon isolement. J’ai commencé à voyager avec mon mari après avoir passé six mois de sobriété dans le programme SA et après en avoir discuté avec ma marraine.

J’ai décidé de prier davantage, de méditer, de pratiquer un contact plus conscient avec mon Dieu/PS lorsque je voyageais par la route, le train ou l’avion. Quoi qu’il arrive, je n’ai pas manqué de participer à mes réunions au moins deux fois par jour, je suis restée en contact avec ma marraine par le biais de chats et de mises à jour, je suis restée en contact avec mes sœurs SA partout dans le monde par le biais de chats et d’appels vocaux si nécessaire. Je suis restée très attentive, surtout en voyage. Ma propre durée de sobriété m’a motivée à ne pas revenir en arrière et je sais très bien que je n’ai pas d’autre choix que de rester sobre car j’ai besoin de mon mari, de mes fils, de ma famille et d’une belle vie à venir. Quel que soit le défi à relever, je dois aller jusqu’au bout en faisant preuve d’une honnêteté rigoureuse. Je savais que, seule, je mourrais ; au lieu de cela, j’ai choisi d’être sobre et en famille.

J’ai voyagé avec mon mari pour la première fois pour chercher un lieu de vie à la campagne afin de quitter la vie urbaine, pendant laquelle j’ai continué à faire ma réunion quotidienne, au moins une par jour. J’ai lu dans le train mon livre que j’ai toujours sur moi, ce qui m’a aidée à me préserver de la luxure ou de l’envie de luxure. J’ai eu des difficultés, notamment des angoisses, des palpitations, des coups de luxure et des tentations. Parfois, je n’avais pas d’autre choix que de partager avec mon mari, qui suit son propre programme de désintoxication et reste sobre plus que moi. Il connaît, soutient et comprend également ma dépendance, mon programme de rétablissement et mon parcours. Il m’a fait part de son point de vue, ce qui m’a beaucoup touchée et m’a permis de me détendre. Je suis tombée amoureuse de quelques hommes aussi, mais heureusement, je me suis souvenue de prier immédiatement pour ces personnes, de me rendre et d’arrêter de les considérer comme des objets. J’ai demandé à Dieu de leur donner ce que j’aurais pu souhaiter pour moi-même. J’ai continué à faire mes appels quotidiens de renouvellement de sobriété, où que je sois – dans des villages, des zones reculées, dans des bus remplis de musique, dans des voitures rickshaw ou dans des trains.

Une fois, je me souviens que j’ai eu un tel déclencheur que j’ai été sauvée lorsque j’ai immédiatement tendu la main à une sœur de longue date et qu’elle m’a accordé son temps. Je suis descendue à une gare où mon train s’est arrêté pendant quelques minutes. Je l’ai appelée, j’ai pleuré, j’ai partagé, j’ai mis mon problème en lumière et j’ai suivi ses conseils. Cela m’a aidée. Le fuseau horaire de ma marraine ne convenait pas, car nous avons un décalage de 12,5-13,5 heures. Cet incident ne m’a pas fait rechuter, mais j’ai pu faire ce qu’il fallait en étant attentive.

Un jour, mon mari et moi étions dans un village reculé de mon État, à la recherche de notre maison de campagne. Il y avait un homme un peu ivre sur le chemin qui urinait près du mur d’une maison abandonnée et j’ai vu l’acte en traversant la scène dans une voiture rickshaw avec mon mari. J’ai paniqué et je me suis apitoyée sur mon sort en me demandant pourquoi Dieu m’a fait voir cela, pourquoi moi ? Puis, au bout d’un certain temps, j’ai compris que je ne serais pas capable de gérer cela seule et que je devais tendre la main. J’ai eu un appel avec ma sœur de longue date et j’ai dû demander à mon mari de faire une pause et de me laisser un peu d’espace parce que je me débattais. Il l’a très bien compris et j’ai repris mes esprits au bout de quelques heures.

J’ai assisté à mes réunions quotidiennes depuis des hôtels, en voyage, en visitant des temples, partout. En fait, j’ai réussi à participer aux réunions où que je sois. Je me suis présentée et j’ai tenu informé mon groupe d’appartenance mixte en ligne afin de pouvoir leur rendre des comptes. Ils savaient toujours si je voyageais. J’ai fait mon travail d’Étape également en voyage, car j’ai toujours mon Livre blanc et un autre livre avec moi.

Cette année, j’ai voyagé seule en train pour la première fois depuis que je suis dans le programme SA, soit à environ 18 mois de sobriété, après avoir parlé et échangé avec ma marraine. Je lui ai demandé de m’accorder du temps pour notre appel programmé dès que j’atteindrais la ville métropolitaine située à près de 650 km de ma propre ville. Elle a accepté et je ne lui en serai jamais assez reconnaissante. Dès que je suis arrivée à l’hôtel et que je m’y suis enregistrée, nous avons eu un appel matinal d’une heure pour faire mon travail par étapes. J’ai fait mon journal et mon travail d’écriture au cours de mon voyage de la nuit précédente. Dans l’ensemble, je me suis sentie très reconnaissante et sobre.

J’ai fait en sorte de rencontrer mes deux frères en rétablissement pendant que j’étais dans leur ville, ce dont j’avais fait part à ma marraine à l’avance. Nous nous sommes retrouvés tous les trois dans une cafétéria et avons tenu une merveilleuse réunion en faisant notre belle prière de la sérénité, en lisant des passages du Livre blanc et en partageant. Nous avons terminé par la prière de la sérénité en nous tenant par la main et cela a été très renforçant et très utile pour passer à un autre niveau de mon rétablissement avec ma toute première réunion physique de SA. Pas de coups de luxure ni de tentations.

Enfin, il y a deux mois, j’ai pris l’avion avec mon père pour me rendre dans une ville métropolitaine afin d’assister à une exposition d’art et ce fut honnêtement une sorte de victoire progressive sur la luxure. Je n’ai eu aucun problème à l’aéroport, dans l’avion, à l’exposition d’art ni au retour. J’avais à nouveau mon Livre Blanc sur moi, je suis restée connectée à ma marraine, aux chats en ligne et à SA tout entier. J’ai également invité un frère à cette exposition d’art, il est venu, nous nous sommes rencontrés et nous avons eu une grande discussion sur le rétablissement.

Je fais mes prières, je médite n’importe où, j’essaie de rester consciemment connectée à mon Dieu/PS et je continue de capituler devant mon impuissance à la luxure. J’ai accepté totalement et je suis prête à rester sobre et à me rétablir un jour à la fois (One Day At a Time : ODAT), quoi qu’il arrive, en allant jusqu’au bout.

En fin de compte, je dirais que je souhaite vivre une belle vie sobre où je serai plus disponible pour les autres, où je ne ferai plus de mal à mon mari, à mes enfants ou à mes parents, car j’ai tellement de choses à apprécier, et où je serai heureuse, joyeuse et libre un jour à la fois (One Day At a Time : ODAT). Je me réjouis de poursuivre mon travail par étapes avec ma marraine un jour à la fois (ODAT), une étape à la fois et ainsi de suite.

La sobriété est mon choix quotidien et en fait LE SEUL CHOIX ! Je me maintiens utile et pour être un instrument pour Dieu/PS. Merci d’avoir lu mon VOYAGE DE SOBRIÉTÉ. Quel beau cadeau de mon rétablissement que de pouvoir écrire ma part pour ce magazine ESSAY. Je l’adore.

Iris, Inde

Total Views: 108|Daily Views: 1

Share This Story, Choose Your Platform!