Change As an Action

Le changement en tant qu’action

Nous entendons beaucoup parler de changement dans la fraternité. Notre prière de la sérénité parle d’avoir le “courage de changer”. Dans nos premiers jours, les membres sobres nous parlent d’avoir la “bonne volonté” de changer. Mais qu’est-ce exactement que le changement, en ce qui concerne la fraternité et la sobriété ?

Le changement, tel que je l’ai compris, est simplement le fait d’entreprendre une action différente ou de faire quelque chose différemment. Et le changement, en tant qu’action, exige des efforts. Comme tout ce qui a du sens dans la vie, le changement exige du travail.

Ainsi, au cours de mes premières semaines de sobriété, le changement a consisté à aller aux réunions. C’était quelque chose de nouveau et de différent. Je n’avais jamais assisté à des réunions auparavant. C’était aussi l’action d’appeler mon parrain et d’autres membres sobres. Régulièrement. C’était l’action d’être rigoureusement honnête avec les membres sobres, de ne pas avoir de secrets, de laisser ma vie devenir un livre ouvert. Abandonner les tentations au lieu d’y succomber était également une action de changement. La prière à Dieu, même si elle n’était pas nouvelle pour moi, a pris un sens différent, car elle a été abordée avec plus d’honnêteté et d’humilité. La méditation régulière a constitué un changement. Au fil du temps, à mesure que ma sobriété augmentait, j’ai eu l’occasion de rendre service. Travailler de manière désintéressée, sans désir de récompense, était certainement un changement pour cet accro égocentrique.

Mais où est-ce que le courage intervient? Je crois que le courage consiste à agir indépendamment de ce que je ressens. Je suis donc allé aux réunions, que je le veuille ou non. Même si ma tête me disait que j’étais “trop occupé”, ou “trop fatigué”, ou quoi que ce soit d’autre. J’ai décroché le téléphone pour joindre des membres sobres sans me soucier de ma nervosité, de mon abattement ou de ma honte. J’ai été honnête sans me soucier de mes peurs. J’ai pris le temps de prier, de méditer, de lire de la littérature, même si la structure de ma journée était très chargée. J’ai commencé à voir que ma tête était pleine d’excuses. Il y aurait toujours une “raison” pour ne pas faire ce qu’il faut. Mais j’ai commencé à voir que ces excuses me ramèneraient éventuellement à la dépendance.

Le fait que je veuille faire quelque chose ou que je ne veuille pas le faire n’avait pas d’importance pour moi, et n’en a toujours pas. Les “envies” sont éphémères et peuvent fluctuer. Ce qui m’importe, c’est de savoir si j’ai besoin de faire quelque chose ou non. C’est sur cela que se construit ma relation avec Dieu, une simple question : “Dieu, ai-je besoin de faire cela ?” Et si la réponse n’est pas claire, ou si je ne suis pas sûr, car je n’ai pas de ligne directe avec Dieu, j’ai mon parrain et d’autres membres sobres à qui demander ce qu’il faut faire. Mais pour ce qui est des choses simples de la fraternité, comme aller aux réunions, les appels téléphoniques et la prière, la réponse est toujours “oui”. Pour moi, un changement durable ne peut s’opérer que par la constance dans l’action. En vivant ce mode de vie pendant de nombreuses années, j’en suis venu à le considérer comme une sorte de disciple spirituel. La sobriété, un don de Dieu, est le cadre autour duquel je peux construire une vie heureuse, épanouissante et pleine de sens.

Au fur et à mesure que je grandis dans la sobriété, le changement, bien que parfois difficile, devient une opportunité passionnante plutôt qu’une chose à craindre, à éviter ou à repousser. Dieu me présente constamment des situations qui me donnent la chance de grandir spirituellement, émotionnellement et psychologiquement. Je suis entré dans la fraternité avec un retard de croissance. Un enfant irresponsable, pétulant et impulsif dans un corps d’adulte. Grâce à la sobriété et au courage de changer, Dieu me transforme en la personne qu’il voudrait que je sois.

Ainsi, aujourd’hui, je fais exactement les mêmes choses que j’ai commencé à faire il y a vingt ans. Je parle à mon parrain et à d’autres membres sobres. Je prie et je médite. Je lis la littérature. Je rends service. J’aide les autres. Je vais aux réunions. Parce que si cela a marché il y a vingt ans, cela marchera encore aujourd’hui.

Joseph, Royaume-Uni

Total Views: 36|Daily Views: 1

Share This Story, Choose Your Platform!