Prison Work in Slovakia

Le travail dans les prisons en Slovaquie

Le programme des Sexoliques Anonymes n’est toujours pas disponible dans la plupart des prisons du monde et d’Europe. Ma dépendance a fait de moi un prisonnier de la luxure. C’était horrible et je pensais que j’avais jeté ma vie par la fenêtre dans la poursuite de la luxure. Je ne peux pas imaginer à quel point il doit être difficile d’être à la fois prisonnier de la luxure et un vrai prisonnier.

Il y a deux ans, un membre étranger abstinent de longue date est venu en Slovaquie avec un message important. Il disait que le travail en prison est vraiment important, que les gens en prison sont perdus et n’ont pas le programme SA. Imaginez que vous soyez dépendant du sexe, que vous ne connaissiez pas le programme SA et que vous soyez incarcéré pendant de nombreuses années. Quelle situation désespérée ! Depuis lors, nous avons commencé à mettre davantage l’accent sur le travail des SA dans les prisons slovaques. Nous avons organisé une réunion avec l’évêque qui dirigeait les aumôniers de prison dans notre pays et il s’est montré ouvert au programme SA. Il était très important pour nous de prier pour ce service et nous avons également visité un lieu très spirituel pour prier ensemble pour les détenus sans espoir. Je pense que sans le courage que notre Puissance supérieure nous a donné, sans le soutien des autres membres et de nos parrains, nous ne serions pas en mesure d’aider qui que ce soit.

Nous avons ensuite commencé à travailler sur la traduction de brochures destinées aux prisons et il nous a fallu près d’un an pour en achever le graphisme et les imprimer. Ensuite, un membre a eu l’idée d’organiser une réunion ouverte dans une prison. Un autre membre a dit qu’il connaissait un membre des AA qui venait régulièrement en prison pour parler du programme des AA aux détenus. Il a accepté de demander à ce membre des AA ce qu’il fallait faire pour se rendre à la prison. 

C’était étonnant de voir comment les choses se sont mises en place. Le membre AA nous a suggéré de contacter directement une psychologue dans une prison qu’il fréquentait régulièrement. Nous avons contacté la psychologue et elle nous a invités à venir tenir une réunion ouverte aux détenus. Tout d’abord, je n’ai pas cru ce qu’elle disait parce que j’avais entendu des histoires sur la difficulté d’organiser une réunion ouverte en prison. 

Le jour de notre visite est arrivé et j’ai eu très peur. Qu’est-ce que je pouvais dire, moi qui suis un sexolique qui n’a jamais été en prison et qui n’a même pas atteint l’âge de 30 ans, à ces amis détenus qui ont probablement franchi bien plus de limites que moi ? Cependant, j’ai surmonté ma peur et j’y suis allé avec deux autres membres des SA. 

Devant nous étaient assis 20 détenus, tous des hommes. Nous avons commencé à raconter nos histoires, puis ils ont commencé à poser des questions. J’ai été surpris. Je pensais qu’ils se moqueraient tous de nous. Certains l’ont fait, mais la plupart n’ont pas ri. Ce qui m’a le plus surpris, c’est qu’après la réunion, certains détenus sont venus nous serrer la main et nous remercier pour notre courage et notre message d’espoir. J’ai réalisé que pour Dieu, rien n’est impossible et qu’il peut utiliser une personne malade comme moi pour diffuser un message d’espoir n’importe où. 

Il existe une solution au sexolisme ! Finalement, nous avons parlé avec la psychologue de la prison d’une coopération future et de sujets ouverts comme le parrainage par courrier, les réunions virtuelles et les ateliers par étapes. Nous verrons ce qui fonctionnera.

Dans cet article, je voulais souligner que dans de nombreuses prisons, il y a des amis malades qui ne connaissent pas la solution. Il est possible de les aider. Il est possible de leur apporter un message d’espoir. Si vous avez le désir d’aider les détenus, je vous encourage à le faire !

Anonyme, Slovaquie

Total Views: 44|Daily Views: 1

Share This Story, Choose Your Platform!