Working the Steps Is Her Top Priority

Travailler les Étapes est sa priorité absolue

Je m’appelle Meira et je suis sexolique. Ou peut-être, plus exactement, une accro à la luxure. D’aussi loin que je me souvienne, peut-être depuis l’âge de quatre ou cinq ans, j’utilisais la luxure pour faire face à la vie. Au début, j’ai eu recours aux fantasmes et à la masturbation compulsive, bien avant de savoir ce qu’était le sexe. Ces comportements n’étaient pas un problème à l’époque, ils étaient ma solution.

Pendant mon adolescence, je suis devenue dépendante de relations malsaines et, plus tard, de littérature érotique. J’ai commencé à me détériorer émotionnellement à l’adolescence et à consulter des professionnels de la santé mentale. Un psychiatre a diagnostiqué une dépression clinique et m’a prescrit des antidépresseurs. La thérapie et les médicaments m’ont aidé jusqu’à un certain point, mais il y avait toujours un trou béant en moi que j’essayais de combler (de manière insatisfaisante) par des relations et des fantasmes. Je ne savais pas que j’étais accro à la luxure.

Quelques années plus tard, j’étais une jeune femme mariée avec un nouveau-né. Je ne me souviens pas de l’élément déclencheur, mais il y a eu une nuit où j’ai touché le fond sur le plan émotionnel. La douleur, le vide et la solitude que je ressentais étaient insupportables, et j’ai décidé d’assister à une réunion des Douze Étapes. J’étais plutôt désemparé. Tout ce que j’avais appris à ce moment-là, c’était que la dépendance existait dans ma famille (sans parler de moi) et que je désirais le réconfort, le soutien et la compréhension d’autres personnes qui avaient peut-être vécu des expériences similaires. Je ne savais pas ce qu’étaient les Étapes, ni les marraines, ni quoi que ce soit d’autre. Pourtant, j’ai pleuré tout au long de cette première réunion. Peut-être était-ce le sentiment de la présence d’une Puissance supérieure dans la salle, ou peut-être le soulagement de réaliser que je n’étais pas seule. Tout ce que je sais, c’est que je me sentais enfin à ma place.

Je continuais à me sentir agitée, irritable et mécontente. J’ai cherché de l’aide et j’ai atterri dans un centre ambulatoire pour traiter ma codépendance. J’ai commencé à suivre les Étapes, à assumer la responsabilité de mes propres défauts et à faire amende honorable auprès des autres. J’ai terminé le traitement au bout d’un an et demi et j’ai continué à assister à diverses réunions des Douze Étapes. De nombreux aspects de ma vie s’étaient améliorés ; mes relations et ma capacité à fonctionner dans le monde s’étaient nettement améliorées. Mais la luxure restait mon secret le plus profond, le plus sombre et le plus honteux. Je menais une double vie.

Ironiquement, c’est après être devenu membre de S-Anon que j’ai finalement réalisé que j’étais impuissante face à mes passages à l’acte sexuels. Cette prise de conscience m’a frappé pour la première fois lors d’une convention, où les membres de SA et de S-Anon s’étaient séparés dans des salles différentes pour assister à certains partages. Je me souviens d’avoir pensé : ” Me voilà, complètement ivre de luxure, assistant à un partage S-Anon. Je devrais être dans l’autre salle. ” Cela a pris du temps, mais avec l’encouragement d’autres femmes, j’ai finalement décidé de faire face à mon sexolisme.

Je suis d’abord allée dans une autre fraternité “S”, où j’ai pris des demi-mesures pour mon rétablissement. J’ai plus ou moins suivi les Étapes, plus ou moins parlé à ma marraine et à une autre femme. J’étais sur le “nuage rose” de la sobriété, et au bout de six mois, inévitablement, je suis passée à l’acte. Ma seule amie de la fraternité était partie rejoindre un groupe de femmes SA et, ayant conclu que je n’avais rien à perdre, j’ai décidé d’en faire autant. Ce soir-là, c’était le 10 juin 2020, et je ne suis plus passée à l’acte depuis.

Depuis, je me suis rendue compte que la luxure était la force motrice de mon comportement sexuel, avec tous les autres attachements émotionnels malsains de mon passé. J’ai commencé lentement ; ma première marraine était très patiente. Elle m’a beaucoup parlé de rendre service, en particulier à la maison, ce qui m’a énormément aidé à sortir de ma tête.

Finalement, j’ai commencé à suivre les Étapes et j’ai changé de marraine en cours de route. J’avais rejoint SA pour devenir sobre, mais la sobriété ne suffisait pas. Je ne pourrais jamais vivre selon les conditions de la vie (c’est ainsi que j’ai commencé à passer à l’acte initialement), et je devais donc faire du programme et du travail sur les Étapes ma priorité absolue.

J’essaie de lire et d’appliquer chaque jour les étapes 10 et 11 du Gros Livre. Il y est dit que “notre sursis quotidien dépend du maintien de notre condition spirituelle” et je prends cela très au sérieux. Si je crois que mon sexolisme est une maladie, alors je dois prendre mes médicaments tous les jours. J’ai pris cette décision et cet engagement lorsque j’ai fait la Troisième Étape. Il est dit : “Nous avons décidé de confier notre volonté et notre vie entre les mains de Dieu…”. Il n’est pas dit : “Nous avons décidé de renoncer à notre luxure…”.

Oui, renoncer à la luxure est important ! Je dois être prête à renoncer au droit de convoiter quelqu’un et d’être convoitée par quelqu’un d’autre. Je dois être prête à reconnaître qu’aucune autre personne ne m’appartient. Mais cela s’applique à tous les aspects de ma vie. Chaque fois que j’exige quelque chose du monde ou des autres, je suis malheureuse. Tout au long de mon rétablissement, j’en suis devenue de plus en plus consciente. Chaque fois que je suis perturbée et que je fais l’inventaire, il y a toujours une attente sous-jacente de quelque chose qui me donne un sentiment de sécurité, quelque chose à quoi je peux m’identifier, comme le statut social ou la beauté.

La vérité est que mon identité est enracinée dans le fait que je suis une enfant bien-aimée d’un Dieu aimant. Tout ce que je fais d’autre dans cette vie est un rôle assigné par le Directeur ultime. Tous ces rôles différents sont un don et un privilège.

Tant que je peux traverser la vie un jour à la fois, avec l’intention d’être au service de ma Puissance supérieure et de tous les êtres et créations, je peux être satisfaite. Je suis reconnaissante, juste pour aujourd’hui, d’être libérée de l’obsession de la luxure, grâce à Dieu et à la merveilleuse fraternité des SA.

Meira D., Ramat Beit Shemesh, Israël

Total Views: 104|Daily Views: 1

Share This Story, Choose Your Platform!