R Is for Recovery

R comme rétablissement et rouler

Avant de rejoindre les SA, je faisais des activités avec un objectif caché : repérer ou être repérée par un " mari potentiel ". Je grimace quand je pense à ces motivations folles. Alors que je faisais la quatrième étape, ma marraine m'a demandé si j'acceptais de vivre au cas où je ne me marierais jamais. C'était une question très difficile et je me sentais justifiée dans mon rêve de me marier un jour ; cependant, elle m'a ouvert les yeux pour voir que je pouvais encore vivre et apprécier la vie en tant que femme célibataire. C'est en SA que j'ai appris à poursuivre des activités amusantes sans motifs de luxure cachés.
Au début de cette année, je me suis inscrite à un cours de moto, une étape vers la réalisation d'un rêve d'enfant. Après une semaine d'apprentissage intensif, j'ai commencé à faire du lèche-vitrine pour une moto. Je ne savais pas ce que je voulais, alors j'ai utilisé mon budget pour me guider. Après deux semaines, j'ai acheté une moto sportive avec un moteur de 150 cm3. J'ai appelé la moto Julliard, d'après une école de ballet, parce que, pour atteindre le sol depuis la selle, je dois baisser les orteils. Les deux premiers mois avec Julliard ont été effrayants. Je suis tombée le premier jour et j'ai failli jurer de ne plus jamais faire de moto. Deux jours plus tard, j'ai réessayé et j'ai été découragée par le poids de la moto. J'avais l'impression qu'elle était trop lourde pour être déplacée et à un moment donné, elle est tombée sur moi. Cependant, j'étais déterminée à ne pas abandonner et, au cours des semaines suivantes, je me suis efforcée de faire de la moto pendant au moins 20 minutes par jour. Je suis tombée et j'ai laissé tomber la moto tellement de fois que j'ai développé de l'anxiété.
Après deux mois d'essais et d'échecs, j'ai décidé d'abandonner. Mais un jour, peu après, je suis allé faire du vélo sur mon vieux vélo et j'ai réalisé que la même technique que j'utilisais pour faire du vélo pouvait être utilisée pour conduire la moto. J'ai tendance à penser que c'est Dieu qui m'a encouragée, car ce jour-là, j'ai réussi ma première sortie.
Cela fait maintenant plus de six mois depuis ce jour et je suis heureuse de ne pas avoir abandonné. J'ai rejoint une communauté de cyclistes merveilleuse et très solidaire que je n'aurais jamais rencontrée autrement. J'ai eu l'occasion d'explorer différentes régions du Kenya et de rencontrer des personnes étonnantes issues de milieux différents. J'ai participé à de nombreuses causes et j'ai même eu la chance de transmettre le message de SA à un motard que je considère comme l'un des nôtres.
Être une femme motarde m'a donné une identité dont mon moi de douze ans rêverait encore. Je suis très reconnaissante et je considère cette activité agréable comme un merveilleux cadeau de la sobriété.

Kawy, sexolique du Kenya

Total Views: 348|Daily Views: 1

Share This Story, Choose Your Platform!