Changing My Brain Chemistry

Changer la chimie de mon cerveau

Notre Livre Blanc dit : « Nous avons vu que notre problème était triple : physique, émotionnel et spirituel. La guérison devait se produire dans les trois » (SA 204). J’ai trouvé utile de penser à quatre domaines : physique, mental, émotionnel et spirituel.

J’ai passé six ans à essayer de gérer mon sexolisme dans une autre fraternité. Les membres et les parrains ne considéraient pas mes problèmes sexuels comme une véritable maladie. L’alcool était le vrai problème, les « trucs sexuels » n’étaient pas un gros problème. Je me suis dit : « Tu ne comprends pas ; Ce truc me tue. » Je n’ai pas pu m’arrêter et, en désespoir de cause, je suis venu à SA, ma dernière chance.

Finalement, j’ai rencontré des gens qui comprenaient. On m’a enseigné ce qu’est la luxure et j’ai compris que pour arrêter mes comportements, je devais abandonner mon fantasme intérieur et mon obsession, me purifier à l’intérieur comme à l’extérieur. Je savais que j’étais très malade et je croyais que j’avais une maladie mentale grave (mentale et émotionnelle), qui n’était pas cliniquement reconnue à l’époque. Je savais que j’étais spirituellement malade parce que toutes mes croyances, ma foi et mes prières n’avaient rien donné. Mais j’avais quand même une voix qui me disait que ce n’était pas une vraie dépendance et que c’était moins un problème que les dépendances à une substance.

Le Gros Livre des AA (l’Opinion d’un Médecin) parle du fait que « le corps de l’alcoolique est tout aussi anormal que son esprit » et qu’il n’est pas satisfaisant qu’on nous dise que nous ne pouvons pas maîtriser notre consommation d’alcool simplement parce que nous sommes mal adaptés à la vie, etc. C’était moi avec la luxure. Au fur et à mesure que je dégrisais, je pouvais voir mon extrême sensibilité aux déclencheurs de luxure, comment mon esprit serait inondé par une image et tout mon corps s’activerait en quelques secondes et commencerait à en vouloir plus. Il y avait quelque chose de physiquement différent. De quoi s’agissait-il ?

Par la grâce de Dieu, j’avais étudié la neurologie des années auparavant. Je pouvais voir en moi-même comment des milliers de séances de passage à l’acte ont créé des autoroutes neuronales dans mon cerveau. Les neurones changent (sont potentialisés) au fur et à mesure qu’ils sont utilisés encore et encore, augmentant la libération de neurotransmetteurs et de récepteurs devenant plus nombreux et sensibles, jusqu’à ce qu’il y ait un effet de cascade. Des milliers de déclencheurs programmés pourraient chacun envoyer ces neurotransmetteurs s’écraser dans mon cerveau – une obsession mentale. Mais c’est bien pire. Un système naturel extrêmement puissant (le système sexuel) est détourné et des hormones sont libérées dans le corps, non pas en réponse à des stimuli sexuels naturels, mais à des fins non naturelles – en réponse à des images, des états émotionnels intérieurs, etc. SA 33 les décrit.

Mon corps change avec le temps, tout comme mon cerveau, hypersensible à l’adrénaline, à la testostérone, etc., et le phénomène de manque se produit lorsqu’il est activé de cette façon. Physiquement, je suis tout aussi anormal que n’importe quel toxicomane. Je suis accro à mes propres produits chimiques corporels, dont j’ai entraîné mon corps à abuser. Je les active moi-même, je n’ai pas besoin d’une substance extérieure pour les activer. J’ai compris que tout mon être était extrêmement malade.

Ajoutez à cela un âge émotionnel d’environ sept ans, une pauvreté émotionnelle et sociale importante de mon enfance et la masturbation étant mon seul mécanisme d’adaptation à mes émotions, il n’est pas surprenant que je n’aie pas pu m’arrêter. Cela ne fonctionnait pas, le jeu était terminé, je ne pouvais pas m’arrêter et tout ce que je pouvais voir, c’était un avenir court et sombre de passages à l’acte jusque dans la folie et la mort. Mais je suis là, je partage avec vous. Impossible ! Que s’est-il passé ?

Cela a commencé au plus profond de moi-même, dans le spirituel. Je n’avais pas le pouvoir de m’arrêter. Mon canal vers Dieu était bloqué par ma maladie. Je me suis rendu compte que toute ma soi-disant connaissance de Dieu était déformée ; Je ne savais rien. J’ai crié : « Qui que vous soyez, quoi que vous soyez, aidez-moi, s’il vous plaît. » À genoux. J’ai laissé tomber tout ce que je pensais savoir. Un jour à la fois, quelque chose s’est passé. Dieu n’a pas enlevé la douleur, mais un jour à la fois, il m’a donné la force de rester sobre, même quand je pensais que je mourrais sans ma drogue. C’était dans le contexte de l’utilisation du programme de SA que Dieu m’avait donné – en faisant ce qui m’avait été suggéré au mieux de mes capacités – réunions, parrainage, étapes, appels téléphoniques, conventions, service. J’ai dû abandonner toute luxure et tout mon moi à Dieu. J’avais peur de ce qui m’attendait, mais j’avais encore plus peur de continuer dans la maladie.

Mentalement, mes pensées brouillées ont commencé à être remplacées par des directives de parrains et d’amis de confiance du programme, des slogans du programme, puis les étapes. Des étapes merveilleuses qui m’ont appris à vivre et à interagir avec le monde. Elles sont maintenant mon cadre mental sur la façon de vivre ma vie un jour à la fois. Ces pensées nouvelles et saines doivent être traduites immédiatement en action – je me rétablis en agissant, pas en pensant.

L’application des étapes encore et encore a commencé à guérir mes émotions endommagées et m’a permis de commencer le processus douloureux mais nécessaire de grandir. Ce qui est, bien sûr, un travail en cours. J’adore la Dixième Étape. « Chaque fois que je suis dérangé, il y a quelque chose qui ne va pas chez moi » (Douze et Douze 90). Utilisé à l’infini, c’est un vecteur de croissance sans fin. Ensuite, la guérison mentale, émotionnelle et spirituelle se produit à travers la Onzième Étape – « plus de Dieu, moins de moi ». Au cours de la Douzième Étape, j’ai progressivement abandonné tous les domaines de ma vie à ce programme spirituel. Je deviens de moins en moins égocentrique et je cherche des moyens d’être efficace dans la transmission du merveilleux cadeau du rétablissement qui m’a été donné.

Physiquement, le fait de ne pas nourrir les autoroutes neuronales et hormonales a conduit à une phase de sevrage – insomnie, anxiété, vagues de manque, sautes d’humeur, irritabilité, etc. Peu à peu, je trouve une victoire progressive sur la luxure et je n’alimente pas ces autoroutes. Elles sont entrées en rémission et mes pensées/sentiments descendent dans de nouveaux canaux neuronaux. Mais je sais qu’ils sont toujours là – si je ne lâche pas rapidement un déclencheur, l’activation non naturelle et douloureuse de l’esprit et du corps commence à se produire. Mon besoin de Dieu n’a jamais été aussi grand, parce que sans Dieu, un jour, je serai submergé et je glisserai dans mes vieilles pensées délirantes et ma folie. Heureusement, Dieu est absolument merveilleux et toujours disponible.

Les sensations physiques intenses de la luxure ont été remplacées au cœur par un flux de vie plus satisfaisant et profondément nourrissant de la part de mon Dieu. J’ai aussi des comportements sains dans ma vie au lieu de passer à l’acte constamment – marcher dans la nature, prendre soin de ma maison, de ma femme et de mon chien, écouter la radio, parler avec des amis à l’intérieur et à l’extérieur de la Fraternité et bien plus encore. Toutes les « choses normales » avec lesquelles ma maladie m’empêchait de me connecter.

La belle définition de la sobriété de SA place ma sexualité dans un contexte sain. Cela permet à ma sexualité d’être un cadeau à la femme avec qui je partage ma vie, un jour à la fois, jusqu’à ce que la mort nous sépare. Cela permet de garder les choses aussi simples, pour moi, aux côtés de la victoire progressive sur la luxure. C’est ce que j’ai toujours voulu et ce à quoi j’ai toujours aspiré.

Je n’ai jamais vraiment voulu toute la masturbation et les images sans fin, le passage à l’acte, le dégoût de soi, la désintégration spirituelle, etc., mais à la fin, je l’avais pour de bon, jusqu’à ce que Dieu me donne une dernière chance à travers SA et que je prenne Sa main.

Mike B., Cardiff, Royaume-Uni

Total Views: 66|Daily Views: 1

Share This Story, Choose Your Platform!