Experiencing Growth in Hard Times

Croissance en période difficile

Je suis membre des SA et j’ai été pendant un certain temps soldat de réserve dans l’un des nombreux pays en guerre de cette planète. Je suis souvent réveillé par des alarmes. Parfois, je vois des fusées dans les airs. Des amis à moi ont été tués. Tout est effrayant et bizarre, surréaliste.

Le jour où j’ai reçu l’ordre de rejoindre mon unité en tant que soldat de réserve, j’ai organisé mon équipement rapidement et je suis allé chez mon parrain. Il m’a dit quelque chose qui m’a beaucoup aidé depuis. “C’est une guerre”, m’a-t-il dit, “des jours difficiles nous attendent. Et tout – chaque sentiment, chaque type d’expérience – est quelque chose que nous devons affronter et dont nous devons tirer des leçons.” Il m’a encouragé à me concentrer sur ce qui m’aiderait à garder ma sérénité. Nous savions tous les deux que sur le champ de bataille, il me serait difficile de maintenir ma routine quotidienne d’actions de rétablissement. Mon parrain m’a suggéré de trouver de nouvelles façons de mettre en pratique les anciens principes du programme : l’impuissance, la connexion à Dieu, le service, etc. Ainsi, la forme du programme a peut-être beaucoup changé pour moi au cours des derniers mois, mais l’essence est restée la même.

Voici quelques exemples de ce qui m’a aidé :

• Du service. Autant que possible. J’ai appris qu’il y a toujours des occasions : demander à un ami comment il va, préparer un repas pour quelqu’un, raconter une blague, se porter volontaire chaque fois que c’est nécessaire.

• Des temps de silence, de prière et d’écriture. Avant de m’endormir, pendant la garde, sur le chemin, il y a de nombreux moments pour cela. La plupart du temps, ces moments sont très courts. Il m’est difficile de trouver des moments plus longs pour passer du temps avec Lui, mais c’est là où j’en suis maintenant et je crois que ma PS m’aime avec ce que j’ai.

• Se connecter à la fraternité. Chaque fois que je le peux, j’essaie d’appeler mes merveilleux potes du programme et, pendant les pauses, j’essaie d’assister à des réunions.

• L’acceptation. J’ai découvert que c’est une période fertile pour pratiquer l’acceptation. Permettre chaque sentiment. Accepter chaque expérience sans porter de jugement. Comme le dit le Gros Livre à la page 417 : “Rien, absolument rien, n’arrive par erreur.” Lorsque j’ai du mal à y croire, j’essaie d’en parler à Dieu. J’essaie aujourd’hui d’admettre que ceci est un moment difficile et qu’il faudra du temps à mon cœur et à mon esprit pour l’assimiler. Et que ce n’est pas grave.

• Se concentrer sur les choses qui sont bonnes pour moi. Du yoga, des jeux, de bons livres, des amis.
La littérature AA dit : “Lorsque la Seconde Guerre mondiale a éclaté, ce principe spirituel de dépendance à l’égard d’une Puissance supérieure a été mis à l’épreuve. Les AA sont entrés dans l’armée et ont été dispersés dans le monde entier. Seraient-ils capables d’accepter la discipline, de résister au feu et d’endurer la monotonie et la misère de la guerre ? Le type de dépendance qu’ils avaient appris chez les AA leur permettrait-il de tenir le coup ? Et bien, ce fut le cas. Ils avaient encore moins de rechutes alcooliques et de crises émotionnelles que les AA restés au pays. Ils étaient tout aussi capables d’endurance et de courage que n’importe quel autre soldat. Que ce soit en Alaska ou sur la tête de pont de Salerne, leur dépendance à l’égard d’une Puissance supérieure a fonctionné. Et loin d’être une faiblesse, cette dépendance était leur principale source de force” (12&12 38-39).

C’est aussi ma réalité aujourd’hui. Étonnamment, en plus des difficultés et du chagrin, je vis cette période difficile comme une période de croissance. J’ai reçu tellement de cadeaux ; je suis entouré de tant d’amour et d’attention. J’apprends à mieux me connaître, avec mes côtés sombres et lumineux. Même le fait d’être soldat est une nouvelle occasion de servir. Je fais l’expérience de la présence de ma Puissance supérieure dans les endroits sombres, et Elle continue de me bénir en m’offrant le cadeau du rétablissement et de la sobriété. C’est bien plus que ce que je pouvais imaginer.

Anonyme

Total Views: 55|Daily Views: 1

Share This Story, Choose Your Platform!