My Rules for Sober Travel

Mes règles pour voyager sobrement

Voyager est en soi un grand cadeau accordé par Dieu – certaines personnes ne peuvent pas se le permettre en raison de problèmes physiques ou financiers. Les voyages élargissent les perspectives, inspirent, font découvrir de nouveaux lieux, de nouvelles personnes et de nouveaux pays. Que je me détende ou que je travaille, les voyages font partie de ma vie. Je suis tellement reconnaissante à Dieu pour ce don. Pourquoi la sobriété est-elle nécessaire lorsque je voyage ?

Tout d’abord, la sobriété me permet d’atteindre les objectifs et de résoudre les tâches que je me suis fixées au début de chaque voyage. Peu importe que je sois en vacances ou en voyage d’affaires. Voyager n’a pas de sens sans sobriété, et voyager en étant dans la maladie est une perte de temps.

Deuxièmement, la sobriété m’aide à profiter pleinement des voyages. La nature, la connexion avec Dieu, l’unité avec les gens, les nouvelles impressions – toutes ces choses sont agréables dans la sobriété.

Et troisièmement, la raison pour laquelle je vais quelque part n’a pas d’importance. Si je suis sobre, je peux servir les gens pendant le voyage, être au service de Dieu, par exemple, soutenir, aider quelqu’un, remplir le cœur de personnes aussi malades que moi avec l’éclat de Dieu. Dans la pratique, j’ai remarqué quelques pièges dans chacun de mes voyages :

1. Certains pensent qu’en voyageant, surtout si le voyage est associé à la détente, j’ai le droit de reporter toutes les tâches, y compris le programme, et d’y revenir après m’être détendu, sans me préoccuper de quoi que ce soit. Cependant, c’est une façon de rechuter, et je dois donc pratiquer intensément les Étapes Neuf à Douze lorsque je suis en vacances.

2. Parfois, je suis tellement submergée par des émotions positives que j’ai l’impression qu’il n’est pas nécessaire de pratiquer les Étapes. C’est également un mensonge. Je suis une personne malade, c’est pourquoi je peux perdre mon équilibre émotionnel et me sentir comme si j’étais tombée d’une balançoire, même si j’étais de bonne humeur. Je suis fatiguée de la joie permanente, de la positivité, des émotions débordantes, et j’ai donc besoin que Dieu rétablisse mon équilibre émotionnel. J’ai vraiment besoin de la Onzième Étape et du renouveau.

3. Le changement de mon régime alimentaire habituel est un facteur déclenchant. Je mange toujours à la maison, car j’ai besoin de cuisiner moi-même à cause de mes problèmes d’estomac. Lorsque je mange à l’extérieur, j’oublie mes besoins et je commence à manger des fast-foods, des aliments semi-finis prêts à l’emploi que l’on trouve dans les magasins, des aliments salés, gras et frits. Je commence à manger des aliments sucrés sans limite, ce qui m’est interdit. En conséquence, je me sens mal, je me mets en colère, je meurs d’envie de luxure, je me sens en colère, agacé et mal à l’aise. C’est une situation dangereuse pour moi. Par conséquent, lors d’un voyage, je dois être attentif à mon corps à chaque instant et me préoccuper à l’avance de l’endroit et de ce que je vais manger.

4. Par ailleurs, j’ai l’impression d’entendre partout de la musique pop que je n’écoute pas chez moi, car cette musique est toxique pour moi. J’avais l’habitude de me sentir honteuse et mal à l’aise dans de telles situations. Aujourd’hui, je souris et je demande d’éteindre la musique. Si, pour une raison ou une autre, je ne parviens pas à éviter la musique toxique, je prie et, tout en priant, j’observe la situation avec les “yeux de Dieu” et je perçois ce qui se passe. “Dieu, aide-moi à traiter toute cette musique et les personnes qui l’écoutent avec tolérance et compassion”. J’ai cessé de regarder la télévision il y a 10 ans, car près de 97 % des informations que j’y voyais étaient toxiques pour moi.

5. Parfois, je suis entourée de personnes extrêmement toxiques qui utilisent un langage grossier, agissent de manière agressive, etc. J’ai besoin de prier pour eux et pour moi afin de ne pas réagir à leur agressivité et de ne pas devenir une source de négativité, ainsi que pour éviter les dommages que je peux causer à ces personnes. Dans les cas complexes, j’appelle ou j’écris à ma marraine ou à ma partenaire de renouveau. Parfois, je demande une bénédiction aux sœurs du groupe de discussion des femmes. Je fais tout cela même si je me déplace dans ma ville d’origine.

6. Une autre chose importante est que mon emploi du temps quotidien change lorsque je voyage. Je ne peux pas dormir suffisamment, je me perds dans le temps ou je ne m’aperçois pas que je ne respecte pas la règle HALT (faim, colère, solitude, sommeil). C’est là que j’ai besoin du programme. J’ai besoin de m’arrêter dans la surcharge de tâches, de ralentir et de demander à Dieu quelle est la prochaine étape que je dois franchir pour vivre cette journée avec Lui.

Pendant mon voyage de vacances du Nouvel An, je n’ai pas remarqué que j’enfreignais mes règles jour après jour : J’ai beaucoup bavardé, je me suis couchée tard, j’ai mangé trop de sucreries, j’ai bu un peu d’alcool pour ne pas offenser mes proches et pour me faire plaisir. Je m’apitoyais sur mon sort, je flirtais un peu, je ne pratiquais pas la Dixième Étape, je n’appelais pas ma partenaire de renouveau. À la fin de mon voyage, je me suis précipitée chez moi pour retrouver ma sobriété et mon mode de vie habituel dès que possible. Mais je dois vivre avec le Programme et ne pas l’enfermer dans mon appartement.

De plus, je peux emporter les Douze Étapes avec moi ! L’état d’esprit est également très important. Pendant dix ans, je suis allée voir mon père qui vivait dans une autre région avec la même attitude – je savais que j’allais devoir écouter ses sermons et ses reproches. Tout était prévisible lors de ces rencontres. Mais récemment, j’ai pris la décision que le prochain voyage serait plein de joie, d’amour, d’acceptation et de pardon, quoi qu’il arrive. Et c’est ce qui s’est passé ! Dieu m’a accompagnée. Je ne L’ai pas laissé dans mon petit appartement.

Il est essentiel pour moi d’emporter ma boîte à outils spirituelle lorsque je voyage. Lors de mon dernier voyage, ma marraine m’a rappelé que je devais être reconnaissante envers moi-même, envers Dieu et envers les autres. J’oublie toujours cela et je peux donc souffrir d’un manque de pain ou me plaindre que le soleil brille trop faiblement. Mais lorsque j’écris ma liste de gratitude, je sens que la vie prend de nouvelles couleurs et que mon cœur se remplit de lumière et d’amour. Ma Puissance supérieure et mon espoir font des merveilles.

Où que je sois, si Dieu est en moi et si j’applique les principes spirituels dans toutes mes affaires, alors je suis non seulement heureuse, mais prête à servir Dieu et à être utile aux personnes qui en ont vraiment besoin.

Vera A., Novosibirsk, Russie

Total Views: 152|Daily Views: 1

Share This Story, Choose Your Platform!