It’s God and Me for the Rest of My Life

C’est Dieu et moi pour le restant de ma vie

J’ai été une sexolique toute ma vie, et c’est le fait le plus important de ma vie. J’ai d’autres addictions et d’autres fraternités aussi. Le sexolisme n’est pas l’addiction qui me tuerait le plus rapidement, comme on dit, mais c’est le point central de ma vie en rétablissement, car c’est la plus complète et la plus envahissante d’entre elles.

En effet, comme je l’ai lu dans la littérature et dans le dictionnaire Webster, la luxure prend d’innombrables formes ; elle n’est pas seulement sexuelle, loin s’en faut. Par conséquent, je conçois toutes mes autres compulsions comme une manifestation de ma principale dépendance à la luxure. SA est donc ma principale préoccupation en matière de rétablissement. C’est aussi celle où la rechute est la plus tentante, jour après jour, car je n’ai pas besoin d’aller dans un magasin et d’acheter quelque chose, ou de me rendre à un endroit, pour rechuter, etc. Je sais aussi que la complaisance tue les dépendants. Je peux donc dire avec une certaine certitude que je serai sobre en SA, un jour à la fois, pour la vie, car mon histoire est que j’étais perpétuellement désespérée de mourir avant de trouver les SA. Aucune autre fraternité n’a guéri ce problème de santé mentale, lorsque je n’étais pas sexuellement sobre.

Je n’ai pas l’intention ici de revivre en détail ma première étape. Il suffit de dire que j’ai découvert la luxure au cours de mes années d’école primaire ; mon expérience de jeunesse était typique pour l’époque, à savoir des relations sexuelles avec moi-même ; mais j’étais soumise à une instruction religieuse à l’époque et on m’a dit que les relations sexuelles avec moi-même étaient diaboliques. J’ai ensuite été abusée sexuellement par deux hommes, alors que j’étais encore sous le coup des lois de protection (ce que j’ai signalé aux autorités). Cette expérience a entraîné un profond rejet de soi. À l’âge de 13 ans, j’ai commencé à demander de l’aide pour cesser d’avoir des relations sexuelles avec moi-même, chose que je demandais encore 43 ans plus tard, lorsque j’ai découvert les SA. J’étais déjà qualifiée pour les SA l’année avant que ceux-ci ne commencent à exister !

Mon défunt mari avait 37 ans de plus que moi et souffrait de handicaps physiques. Je n’ai pas besoin d’aller plus loin pour dire que je n’ai pas réussi à être fidèle dans ces circonstances. J’admets et j’assume la responsabilité de mes propres défauts de caractère à cet égard, qui découlent de ma maladie sexuelle. Je ne le blâme pas. J’ai continué à chercher de l’aide, mais jusqu’à SA, personne n’avait de solution.

Depuis sa mort, il y a 14 ans, mon problème avec le sexe est entièrement lié à moi-même. Je n’ai pas l’intention de me remarier. Les relations sexuelles avec moi-même m’ont amenée au désespoir et c’est dans ce désespoir que j’ai contacté SA. Je suis toujours en religion, mais pas dans la même tradition que dans ma jeunesse. Parmi les fraternités “S”, SA est celle qui me convient. Comme vous pouvez le constater, notre définition de la sobriété s’accorde parfaitement avec mes propres convictions en matière de comportement sexuel.

J’ai rejoint les SA en septembre 2020. J’ai assisté à la réunion sur Zoom, car je n’ai pas de voiture et j’habite à 55 miles de la réunion en présentiel/hybride la plus proche. Zoom est devenu, et reste, mon groupe d’appartenance. C’était aussi, bien sûr, pendant la période de confinement du Covid. Le confinement a été une énorme bénédiction pour moi, car les SA se sont lancé avec enthousiasme sur Zoom, comme c’est toujours le cas. Je suis un bébé SA Zoom et je ne serais pas sobre aujourd’hui sans Zoom.

Venant d’autres fraternités, j’avais le grand avantage de savoir comment un nouveau venu doit se comporter. Ainsi, dès ma deuxième semaine d’adhésion, j’ai commencé à demander à des femmes d’être ma marraine ; j’ai obtenu la littérature en version imprimée et sur Kindle, et j’ai tout de suite commencé mes 90 réunions en 90 jours. Au cours de ces 90 jours, j’estime avoir assisté à 330 réunions Zoom. En d’autres termes, je me suis jetée à corps perdu dans l’aventure, faisant tout pour ma sobriété. J’ai réussi à trouver une marraine temporaire, j’ai écrit ma Première Étape et je l’ai présentée à son groupe de femmes. Comme nous n’étions que trois, je l’ai ensuite donné à un groupe mixte international plus important. J’ai alors eu l’impression de devenir un véritable membre.

Au bout de quatre mois, il m’a été possible de participer occasionnellement à mon groupe d’appartenance en présentiel. Au fil du temps, ils ont organisé une journée de rétablissement en présentiel. À cette occasion, j’ai fondu en larmes et j’espère ne jamais oublier ce que j’ai dit ce jour-là : “Aujourd’hui, j’ai rejoint les SA. Jusqu’à présent, je me débattais dans ma propre chambre”. Depuis, j’ai participé à une autre journée de rétablissement et à deux conventions, et je continue à assister à mon groupe d’appartenance en présentiel de temps en temps. Je trouve que l’expérience en présentiel est totalement différente et bien plus vivifiante que n’importe quelle réunion Zoom, quelle que soit la qualité des réunions Zoom. ESSAY a eu la gentillesse de publier un article que j’ai écrit sur ce sujet. Les membres de mon groupe d’appartenance m’ont sauvé la vie.

Aujourd’hui, deux ans et quatre mois plus tard, quelle est l’histoire de mon Expérience, de ma Force et de mon Espoir ?

Je travaille toujours avec la marraine avec laquelle j’ai commencé. Nous travaillons les Étapes ensemble. Après avoir participé à deux ateliers d’un week-end, au cours desquels nous avons travaillé toutes les Étapes (à l’exception de l’étape 9), je travaille quotidiennement les étapes 10, 11 et 12. Ma marraine les retravaille en profondeur avec moi à partir de Step Into Action. Actuellement, j’en suis à l’étape 4 et je travaille sur les lectures prescrites dans le livre.

Je n’oublierai jamais que je me suis présentée à la réunion internationale que j’ai mentionnée, en m’excusant de n’être sobre que depuis 24 heures. Quelqu’un m’a répondu que le record mondial de sobriété était de 24 heures ! Aujourd’hui, alors que j’écris mon histoire, je pourrais facilement laisser ma voix intérieure de dépendante me condamner pour mon passé et me condamner à une vie sans espoir. Le principe des 24 heures est crucial pour moi. Ma religion particulière prévoit également que les bénédictions de ma Puissance supérieure, que j’appelle Dieu, sont renouvelées chaque matin ; cela s’accorde parfaitement avec mon état d’esprit SA. Aujourd’hui, je ne suis pas condamnée par mon passé. Aujourd’hui, je me sens “heureuse, joyeuse et libre” et la littérature me soutient, me disant que c’est ce que Dieu veut pour moi.

Mon expérience, ma force et mon espoir sont étayés par le miracle que j’ai lu dans le Grand Livre : “Le grand fait est celui-ci, et rien de moins : Nous avons vécu des expériences spirituelles profondes et efficaces qui ont révolutionné toute notre attitude à l’égard de la vie, de nos semblables et de l’univers de Dieu. Le fait central de nos vies aujourd’hui est la certitude absolue que notre Créateur est entré dans nos cœurs et dans nos vies d’une manière qui est vraiment miraculeuse. Il a commencé à accomplir pour nous les choses que nous ne pourrions jamais faire par nous-mêmes” (AA 25).

C’est en grande partie ainsi que je vis aujourd’hui. Dans la solution. Comme il est dit, il y a un prix à payer ; cela signifie que je dois “me tourner en toutes choses vers le Père de Lumière qui préside sur nous tous”. Lorsque, comme cela arrive parfois, la dépendante qui est en moi refuse d’ouvrir son cœur à Dieu et agit à sa guise, je me considère en danger et je fais de mon mieux pour tendre la main, informer les membres sobres de ce qui se passe et me remettre sur la bonne voie le plus rapidement possible.

Pendant longtemps, je n’ai contacté que des femmes, mais aujourd’hui, ma marraine est d’accord pour que j’aille vers des hommes sobres, comme dans mon groupe d’appartenance, etc, à condition que je me tourne en premier lieu vers les femmes. Il me suffit d’utiliser ma tête et d’être honnête avec moi-même quant à ma motivation et à leur sobriété. Je ne parle pas aux hommes qui ne sont pas sobres au moins à moyen terme et je ne leur envoie pas de messages privés. Cela n’a jamais été remis en question par qui que ce soit, en toute honnêteté.

Qui est donc ma PS ? J’imagine qu’il y a autant d’idées de Dieu qu’il y a de membres, et il devrait en être ainsi.

Comme je l’ai dit, j’appartiens à une religion. Cela façonne évidemment la façon dont je vois Dieu. Mais cette idée de Dieu a généré près d’un demi-siècle de désespoir et de passage à l’acte sexuel. Assez récemment, j’ai travaillé l’étape 2 ; je l’ai travaillée dur, en utilisant le tableau de l’étape 2 dans Step Into Action. Ce n’est que maintenant, alors que j’écris, que je me rends compte que j’ai été sobre depuis ce jour jusqu’à aujourd’hui ! Ce tableau a révélé en détail mes anciennes idées sur Dieu, façonnées par mes expériences malheureuses, et m’a amené aux nouvelles croyances que j’ai sur Dieu aujourd’hui. Ce fut pour moi une révélation totale et pleine d’humilité. Je crois que j’ai souvent pleuré pendant l’exercice.

Ainsi, sans utiliser de termes non SA, le Dieu auquel je crois aujourd’hui non seulement m’aime inconditionnellement, mais Il m’AIME réellement et veut que je sois “heureuse, joyeuse et libre”, en paix et sereine. Il veut que je sois sobre et Il me gardera sobre, quelles que soient les difficultés et la douleur que la vie me réserve, tant que je maintiens la Véritable Connexion avec Lui et que je ne me fie pas exclusivement à la fraternité, comme les applications de chat que SA utilise. Lorsque tout le reste me fait défaut, on m’a appris à me rabattre sur mon travail dans les Étapes et, ce faisant, à retrouver mon lien avec Dieu.

J’ai lu pendant très longtemps : “Quand tout le reste échoue, travaillez avec un autre alcoolique [sexolique]”. Mais, pour moi, cela ne fonctionne pas toujours. La littérature et le travail des Étapes, la prière et la méditation, quelle que soit la méthode, et une RUPTURE de la communication avec les autres membres SA, sont le plus souvent ce qui est nécessaire, pour moi en tout cas.

J’ai une confiance absolue en SA, mais je n’ai absolument aucune confiance en ma propre volonté. Comme je l’ai dit, il en sera ainsi pour le restant de ma vie. Car cette maladie tue les gens, et elle a failli me tuer. Aujourd’hui, et aujourd’hui seulement, j’ai une vie totalement “au-delà de mes rêves les plus fous”. Dieu merci que “Dieu est sûrement pour les sexoliques”.

Kathie S., Devon, Royaume-Uni

Total Views: 67|Daily Views: 1

Share This Story, Choose Your Platform!