Februari-2023-Giving Time to My Family Is Service Too

Donner du temps à ma famille, c’est aussi un service

À mes débuts en SA, j’étais célibataire, sans emploi, sans voiture, sans argent et avec beaucoup de temps. C’était en 2009, et à cause de la crise économique, j’étais au chômage. J’assistais à trois ou quatre réunions par semaine, j’appelais mon parrain tous les jours, j’écrivais mon travail d’étape tous les jours et j’ai traduit l’intégralité du Livre blanc, du Gros Livre et du livre ‘Le rétablissement se poursuit’ dans ma langue maternelle en un an. Il me restait encore beaucoup de temps car je ne remplissais plus chaque minute libre par la luxure. J’ai accepté de nombreux postes de service, comme celui de préposé au café, au nettoyage après la réunion, à la littérature, à la modération, à la trésorerie et à l’ouverture du local de réunion.

Durant ma première année, j’ai participé à l’organisation d’un atelier sur les étapes de SA. À la fin du week-end, nous avons dressé une liste de corvées pour lesquelles les participants pouvaient s’inscrire. Lorsque j’ai regardé la liste, encore à moitié vide, j’ai remarqué que le conférencier du week-end – un gars qui avait 14 ans de sobriété – s’était inscrit pour nettoyer les toilettes. Personne d’autre ne l’avait fait ! J’ai intuitivement mis mon nom à côté du sien. Ensemble, nous avons nettoyé les toilettes. Pour moi, ce fut un éveil spirituel et le point culminant du week-end. Plus tard, il est devenu mon parrain.

J’ai également participé à la création d’un Intergroupe dans mon pays. Je suis devenu le président de l’Intergroupe pendant deux mandats consécutifs. Parallèlement, je suis également devenu le secrétaire de l’Assemblée régionale. Bientôt, je suis également devenu Délégué suppléant et j’ai participé à l’Assemblée générale des délégués en 2013, avec à peine quatre ans de sobriété. Bien que ce soit très ambitieux, cela m’a en fait dépassé. J’ai réalisé que c’était un peu trop, et j’ai donc cessé de m’engager à ce niveau.
Le rôle de pionnier d’une fraternité SA nouvellement émergente dans mon pays a été un cadeau, une bénédiction et une joie pour moi. Cependant, confier la direction permanente à la conscience de groupe a été un parcours du combattant. Avec ma personnalité, il n’est pas facile de travailler en équipe. Ni pour moi, ni pour l’équipe. En général, je sais intuitivement et rapidement ce qui est le mieux à faire. La seule chose que l’équipe doit faire est d’être d’accord avec moi. Comme je déteste attendre les personnes lentes et remettre à plus tard, je commence simplement à faire ce que je veux faire de toute façon. Il est facile de voir que cela a peu à voir avec la conscience de groupe. Je suis si reconnaissant que Dieu, dans son infinie sagesse, m’ait confié à un groupe d’ivrognes sexuels, qui sont si lents à prendre des décisions et si peu enclins à accepter l’autorité, que je n’ai pas d’autre choix que de me rendre et d’abandonner. C’est ma seule chance de rester sobre et la meilleure chose qui aurait pu m’arriver.

J’ai rencontré ma future femme en 2014. Nous nous sommes mariés un an plus tard. J’ai lentement quitté mes fonctions à l’Intergroupe, à l’Assemblée régionale, et presque tous les postes que j’occupais. Je n’ai plus assisté à un Intergroupe ou à une Assemblée depuis. Cela a été un soulagement pour moi et très probablement une bénédiction pour eux. Je suis très reconnaissant pour toutes les occasions de service que j’ai pu saisir au cours des premières années de mon rétablissement. Sans cela, je ne m’en serais pas sorti. C’était une période merveilleuse et excitante pour moi.

Aujourd’hui, j’ai une femme, trois enfants, une voiture, un travail, une maison, et très, très peu de temps. J’ai appris qu’il y avait de nombreuses autres façons de rendre service, en dehors d’occuper des postes au sein de la structure de service. Je pourrais assister à des conventions, prendre la parole lors de réunions, parrainer des personnes qui courtisent de façon sobre, organiser des ateliers ou écrire des articles pour ESSAY. Mon parrain m’apprend qu’avoir une bonne qualité de vie est, pour moi, le meilleur service que je puisse rendre à la fraternité. Cela signifie que donner mon temps à ma famille et à mon travail ne prive pas la fraternité du service que je lui dois.

Certains services me sont très chers, et je continue à les faire avec beaucoup de joie. Le premier est d’être celui qui ouvre la réunion que j’avais mise en place il y a six ans. C’est toujours la réunion de mon groupe d’appartenance. Deuxièmement, je me suis rendu disponible pour superviser et coordonner la traduction en néerlandais de la littérature de notre fraternité. C’est une joie de faire cela avec notre pays voisin.

Troisièmement, plus que toute autre chose, j’aime travailler avec les membres dans le processus de courtiser de façon sobre. Lors de l’une des premières conventions auxquelles j’ai assisté, j’ai entendu un membre partager que les SA n’ont pas une définition négative de la sobriété de tout ce que nous ne pouvons pas faire, mais une définition positive de la sobriété de croire au mariage pour les sexoliques. Voir un handicapé de l’amour adhérer à cette idée et réellement demander une femme en mariage est l’un des plus beaux cadeaux de ce programme.

Daan L., La Haye, Pays-Bas

Total Views: 126|Daily Views: 1

Share This Story, Choose Your Platform!